POLAR NOIR
 
                                                                                                                                                                                                                       
   la liste des NOUVELLES   >>>>
<<<  le Sommaire de POLAR NOIR
 

NOUVELLES  -              (  toute reproduction interdite sauf aux ayants droit  )  


Une nouvelle noire  de Alain Berenboom.

Quand la savonnette vous échappe...


Pour en savoir plus sur Alain Berenboom , consultez les pages de POLAR  NOIR  :

Livres



 
 
 
LE MAÎTRE DU SAVON  

de Alain Berenboom                                             © 2010 Alain Berenboom

   Quelques mois avant ma libération, j'héritai d'un nouveau compagnon de cellule, le précédent étant mort peu auparavant sans avoir jamais desserré les dents. "Piotr", se présenta-t-il sobrement. Quelqu'un qui l'avait croisé dans un autre établissement m'apprit que Piotr purgeait une lourde peine, quinze ou vingt ans, il ne s'en souvenait pas au juste, ni des motifs de sa condamnation.

   Piotr étala ses affaires en prenant soin de ne pas toucher aux miennes. Je remarquai qu'il ne possédait aucun des trésors vulgaires que transportent les autres détenus. Ni posters bariolés, ni photos suggestives. De son sac, il extirpa juste une dizaine d'objets blanchâtres et pâteux qu'il disposa avec délicatesse sur la tablette. Plongé dans un journal, je fis mine de ne pas m'intéresser à son manège tout en le surveillant du coin de l'œil.

  "Dis-moi, demanda-t-il sans se retourner tout en continuant à ranger, le savon est à volonté ici?"

   En d'autres temps, l'auteur d'une question aussi saugrenue serait mort de honte sous mes sarcasmes. Mais, depuis ma déchéance, j'avais appris à ne plus brusquer mes interlocuteurs. Cachant ma surprise, je l'informai de l'accès aux robinets et de l'horaire des douches.

  "Non, non, m'interrompit-il, parle-moi de la fourniture des savons. Seul le savon m'intéresse."

   Je sortis un pain de savon de ma trousse et le lui tendis avant de reprendre ma lecture. Il l'agrippa avec l'avidité d'un oiseau de proie.

"Dis ton prix! s'écria-t-il la voix haletante, ce que tu veux...

   Cette fois, je déposai mon magazine, quittai ma couchette et m'approchai de la tablette. En me voyant bouger, Piotr fit glisser le savon dans sa poche avec la dextérité d'un magicien et se précipita à ma rencontre, prêt à protéger de sa vie son précieux patrimoine.

- Du calme!" Je fis deux pas en arrière, les mains levées. "Mon savon est à toi, cadeau. Mais explique-moi ce que tu vas en faire. Ce n'est pas un secret, tout de même?"

   Il hocha la tête quelques instants puis se décida.

- Voici un canard, dit-il en soulevant la première masse blanchâtre qui reposait sur la planchette et en l'agitant sous mon nez. Ici, un tram, un revolver, une canne à pêche, la tête du directeur, une lime. Et là, mon chef d'œuvre, le code pénal."

   Il empoigna la plus grosse masse qu'il tint à deux mains avant de la redéposer avec délicatesse.

   Se moquait-il de moi? Ces yeux fixes, ces lèvres pincées, ce ton pédant... Non, il n'y avait pas une once d'humour chez ce type-là. Il pensait vraiment avoir fabriqué un canard, un livre, un tram... Alors que ces choses informes semblaient venir d'une autre planète, de la gelée de Mars, des créatures molles abîmées par leur entrée dans l'atmosphère. Cette fois, je ne pus me retenir.

- Oh, un artiste! m’écriai-je. Un jour peut-être, on t'appellera le maître du savon!

- Oui, se rengorgea-t-il sans percevoir mon ironie. J'ai mis au point une technique absolument unique. Je mouille le savon puis je le travaille avec les doigts. Gravure sans instrument. Tout à la main."

   D'un grand geste cérémonieux, il désigna ses pauvres statuettes comme s'il saluait un rang de handicapés méritants dressés sur une estrade pour recevoir leur médaille.

   Dans le long silence qui suivit, mon regard s'attarda sur les tristes objets, le tram, un pain de savon tout de guingois, la lime, une maigre carotte sale, la tête du directeur, un amas grotesque, informe, inquiétant. Une impression étrange m'envahit peu à peu, un je ne sais quoi d'infini, de morbide et de puissant, cette angoisse que ressent l'explorateur lorsqu'il tombe en pleine jungle sur le totem barbare d'un dieu inhumain. Sans prendre la forme d'un tram, d'une lime ou d'une tête, les savons gravés commencèrent à évoquer l'âme de ces objets, ou plutôt cette partie de leur âme la plus diabolique, la plus tourmentée, la plus pathétique. Un froid étrange me glaça le sang. J'étais sur le point de découvrir une vérité inouïe quand le maton surgit au beau milieu de la cellule pour nous emmener au réfectoire.

   Quand nous revînmes une heure plus tard, la collection de savons avait disparu. Piotr fixa la tablette vide puis il se jeta tête en avant sur la porte métallique en poussant des hurlements de bête blessée. Je tentai de le retenir mais autant éteindre un incendie avec une cuiller.

   "Qu'est-ce c'est ce raffut?" Le guichet s'ouvrit brutalement. "Au trou, tous les deux!"

- Mes savons! hurla Piotr. Mes savons, nom de dieu!

   Le maton se tourna vers moi avec un air excédé.

- Explique à ce fou furieux que, dans cet établissement, chacun à droit à un savon, un seul! Il se croit au Hilton, ou quoi?

   Piotr se remit à gueuler de plus belle. Des autres cellules, des cris se mirent à fuser, des injures. L'atmosphère se gâtait.

 "Et puis zut!" s'écria le maton, soucieux d'éviter une mutinerie générale, «Tu veux tes vieux savons? Les voilà!"

  Il brandit le Code pénal, la plus monstrueuse œuvre de Piotr, et le poussa d'un geste brutal à travers la fente étroite de la porte. Il fallut un temps infini pour que la masse passe du couloir dans la cellule, perdant au passage plusieurs couches qui tartinèrent les arêtes du guichet, avant de se casser en mille morceaux sur le sol de béton. Le maton n'eut pas le temps de retirer son bras. Piotr l'empoigna et le tira à travers le guichet. Il est impossible bien sûr de faire passer le corps d'un être humain par une si petite ouverture. Scientifiquement impossible. Et pourtant, ce qui restait du maton, et qui n'avait plus rien d'humain, se retrouva dans la cellule, une masse sanguinolente à peine plus identifiable que les statues du maître du savon.

   Intervenir? Terré sur ma couchette, je fis le moins de bruit possible, tentant d'étouffer les gémissements qui montaient de ma gorge. Mais Piotr était bien trop affairé pour s'occuper de moi. Il mouilla les morceaux de son Code pénal et en barbouilla les restes du gardien avec le calme du professionnel puis il entreprit de les faire repasser dans le couloir, toujours à travers l'étroit guichet.

   "Tu vois, me dit-il quand un bruit flasque annonça que le corps du gardien était retourné dans son univers, tout en étant immuables, les règles du code pénal font preuve d'une souplesse qui m'ont toujours émerveillé! " 




nouvelle de  Alaon Berenboom
-toute reproduction interdite sauf aux ayants droit

                                                                                                                                      19-11-10
  

Retour vers le SOMMAIRE
 <----- Retour vers Sommaire

Mise à jour de cette page: nil
Création de la page: 22 novembre 2010


©Copyright 2010 E.Borgers .Les illustrations et le texte de la nouvelle restent la propriété des ayants droit.
L'information et les textes sont présentés de bonne foi et l'auteur ne peut être tenu pour responsable d'éventuelles erreurs et imprécisions.
Polar Noir n'est pas une entreprise commerciale et n'est soutenu par aucun commanditaire.