ECRANS NOIRS - les films


  

 


 
 






ZODIAC - DVD























ZODIAC - photo

ZODIAC (2007- USA)

de David Fincher

DVD Warner Bros - env. 2h30

 
 
Basé sur les dossiers de police et sur les deux livres qu’a publiés Robert Graysmith sur le sujet, le film de Fincher est entièrement consacré aux recherches que la police de San Francisco et des environs a entreprises dès 1969 pour retrouver un tueur qui venait de frapper en série, à partir du 4juillet, et qui fera 5 victimes en moins de quatre mois.
Un tueur qui ne fut en finale jamais retrouvé ni condamné, qui a semé la panique dans une partie de la Californie et qui se faisait appeler Zodiac dans des notes manuscrites envoyées aux journaux locaux. C’est d’ailleurs la relation du tueur avec les medias qui forme la seconde source d’informations pour un scénario bâti en documentaire articulé autour des événements principaux de cette recherche qui durera jusqu’en 1992, date du décès d’un des principaux suspects.

C’est en alternance qu’on assiste aux piétinements de la police et aux manipulations que subissent les principaux quotidiens de San Francisco de la part d’un tueur à l’affut de la notoriété et du battage médiatique, après une première demi-heure de film qui nous montre par le détail les reconstitutions des meurtres de 1969 basées sur le récit des victimes survivantes, et de certains témoins.
On suit en détail certains événements vécus par l’inspecteur Toschi (interprété par Mark Ruffalo) et son co-équipier  - Toschi est le flic  qui inspira certains aspects de Steve McQueen dans le classique  du film noir  Bullit  de Peter Yates-  d’une part, et d’autre part  la rédaction du « San Francisco Chronicle », et plus spécialement du chroniqueur de talent Paul Avery (Robert Downey Jr) ainsi qu’en arrière-plan l’intérêt intense que développe le discret  Graysmith, jeune cartoonist fraichement engagé au Chronicle. Le tout dans un scénario habile qui conserve assez de vraisemblance et de force que pour nous immerger dans un réalisme calculé mais efficace, auquel contribue pleinement la mise en scène presque « documentaire », visant à l’authentique, de David Fincher.

Film réussi de 2h30 qui parvient encore à  relancer l’intérêt de manière très soutenue, après sa première moitié, lorsqu’on assiste à l’enquête parallèle de Graysmith (interprété par un Jake Gyllenhaal  extraordinaire de justesse) qui, le temps passant, l’occupe jusqu’à l’obsession, ce qu’il canalisera dans l’écriture d’un premier livre sur Zodiac publié en 1985.  Dans le même temps Fincher nous fait assister par petits touches  à l’effritement des intérêts de plusieurs départements de police et au délabrement du journaliste Paul Avery, alcoolique de plus en plus avéré qui finira, inutile, dans une retraite pénible et obscure.

C’est la relation au mystère, de même que l’enquête et la recherche, qui sont au cœur de cette histoire non résolue, au centre de  Zodiac , plus que le spectaculaire des meurtres. Un film sur l’histoire des enquêteurs, pas celle de l’assassin.

Comme d’habitude avec les meilleures productions américaines, tous les rôles, jusqu’aux plus petits, sont servis par des acteurs confirmés, ce qui a une influence plus que positive sur le réalisme de cette chronique désabusée qu’on suit avec fascination. Une chronique  d’évènements qui se sont plaqués, à un moment ou l’autre de leur vie,  sur le quotidien de personnages presque ordinaires, qu’ils soient inspecteurs, journalistes ou cartoonist, comme le rend très bien le film. Avec, de plus, ce sentiment d’inachèvement et de non-aboutissement final que Fincher sait si bien inscrire dans nombre de ses films.
La durée du film, loin d’être un obstacle, permet heureusement de donner l’ampleur nécessaire à une histoire qui s’étale su plusieurs décennies et qui implique énormément de monde du côté des recherches diverses.
Pour nous raconter le mystère non résolu de ce serial killer qui semble être responsable d’au moins une dizaine de meurtres, et dont le score macabre serait bien plus élevé d’après certaines études parlant de plus de 30 victimes.

   (4/5)

Note : dans le DVD actuel, on annonce pour 2008 un futur DVD  avec le « director’s cut », le montage final du film tel que choisi par le réalisateur David Fincher ; le film serait alors également accompagné de documentaires sur le cas du tueur du zodiaque… avec la participation de James Ellroy. Un vrai bonus pour les fans du grand James.

 EB (novembre 07)

Copyright E.Borgers 2007


Le tueur du zodiaque
Ces événements bien réels ont inspiré de manière très vague et peu conforme, plusieurs films, dont certaines péripéties de « Dirty Harry » de Don Siegel, et d’autres « crime movies » généralement bien moins inspirés. En 2005, un film américain  d’ Alexander Bulkley « The Zodiac » utilisait un scénario centré sur les enquêteurs, un point de vue assez proche donc de celui du film de Fincher,  mais dans une réalisation bien plus conventionnelle et sans une réelle volonté de faire une chronique des événements. Ce film de 2005, fut, à juste titre, ignoré des critiques
.
     EB

Vers debut de chapitre
Vers debut de chapitre
 

                                                                                                                                        Mise à jour  de cette page: 5 décembre 2007



©Copyright 2007 E.Borgers .Les illustrations restent la propriété des ayants droit.
L'information et les textes sont présentés de bonne foi et l'auteur ne peut être tenu pour responsable d'éventuelles erreurs et imprécisions.
Polar Noir n'est pas une entreprise commerciale et n'est soutenu par aucun commanditaire.
  1