livres
 
 

Promenade du crime  
-La trilogie de Brighton 1 

(City of Dreadful Nignt -  2010)

Peter Guttridge
Rouergue Noir -  Éditions du Rouergue - 2012
 

Brighton, cité balnéaire anglaise au passé populaire et glorieux, si elle est encore un endroit de séjour pour les britanniques est aussi un lieu qui a fortement inspiré écrivains et cinéastes, souvent dans des ambiances de thrillers et de suspense. Qu’on se souvienne par exemple du roman de Graham Greene : Le rocher de Brighton ("Brighton Rock").
Avec Promenade du crime, l’intrigue, ancrée en 2009 dans la police très actuelle de cette ville, fait le grand écart pour plonger sa seconde racine dans le 1934 de Brighton et de ce qui fut un meurtre avec dépeçage et malle de consigne dont les anglais avaient le secret, une ancienne affaire non élucidée qui rebondira suite aux recherches du chef de la police, Robert Watts, qui vient d’être démis de ses fonctions. Allié à une jeune policière, Kate Simpson, ils remonteront des traces troublantes qui les mèneront sur la piste du vrai coupable mais aussi vers des personnages contemporains qui paraissent avoir joué un rôle dans ce qui ressemble fort à une enquête bâclée, voire sabotée, à l’époque.
Par contre, Robert Watts, s’il est convaincu qu’on s’est servi d’une bavure pour l’éliminer de son poste de chef de la police, ne comprend toujours pas qui et pourquoi a commandité le massacre de tout ceux qui étaient dans la maison pendant l’assaut de la police, dans cette maison où se cachait un criminel selon un des indicateurs. Assaut auquel a participé Kate Simpson, convaincue qu’une pièce à conviction  qu’elle a entrevue a été éliminée par la suite dans les services de police.
Un assaut où la chaîne de commandement paraît très floue et où des forces extérieures au pouvoir de Watts semblent par la suite agir dans les coulisses pour arriver à le faire démissionner. Une situation qui devient vite inextricable pour le chef de la police de Brighton car les principaux acteurs de l’assaut meurent peu après les évènements.
Watts cependant s’accroche et continue d’investiguer de son côté pour essayer restaurer sa réputation.
Mais les remous de passé et de l’affaire de 1934 se jetteront contre lui avec encore plus de force que le ressac sur le rocher de Brighton…

Comme on a pu s’en rendre compte ci-dessus, Promenade du crime est avant tout un police procedural  qui traite de situations et de sujets devenus très courants dans le roman noir et policier, si pas rebattus, avec des implications qui elles-mêmes ne sont pas très inédites dans ce domaine. Cependant, au-delà de la confusion du début créée par une alternance trop rapprochée des diverses voix qui font le choral nous décrivant les deux intrigues (dont un récit à la première personne utilisée pour le chef de la police), le roman finit par trouver son rythme et même son ton propre passé le premier tiers.
Les effets de la corruption policière, du destin perdu de certains protagonistes prennent corps et l’enquête sur le meurtre de 1934 devient prenant, l’ensemble tenant le lecteur. Même les implications familiales touffues qui se greffent sur la double intrigue (qui semblent de plus en plus inévitables dans les suspenses noirs contemporains… ou les séries TV) parviennent à se faire accepter.
Il reste un roman d’assez bonne facture à l’écriture assez directe qui finit par capter l’intérêt.
Comme c’est le premier volet d’une trilogie (au reste déjà publiée en anglais) nous ne pouvons qu’espérer que Peter Guttridge tiendra les promesses de qualité romanesque que nous avons détectées dans la seconde moitié de Promenade du crime.

 

EB (avril 2012)

(c) Copyright 2012 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>



 
 
 

 
 
 
 
 
 

Peter Guttridge - Promenade du crime
 
 


























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Mezquite Road
   

 (Mexicali City Blues -  2006)

Gabriel Trujillo Muñoz 
folio -policier - Gallimard - 2012
(fut publié chez Les Allusifs en 2009)
 
 

Miguel Àngel  Morgado, un avocat mexicain enquêteur à ses heures, est appelé à la rescousse par un de ses ancien amis Atanasio pour se pencher sur les circonstances d’un meurtre un peu trop vite élucidé par la police locale. Le meurtre eu lieu à Mexicali, cité proche de la frontière US, située en Base Califiornie, et ville d’origine de Morgado, et la victime, bon père de famille, courreur, joueur, endetté jusqu’au cou serait mort lors d’un règlement de coptes  entre drogués. Impensable pour Atanasio et pour la veuve encore jolie sur laquelle il a des vues.
Avocat spécialisé dans les droits de l’homme, humaniste convaincu, Morgado ne veut se servir d’armes, ni en porter. Et pourtant, dans ce Mexicali en ébullition par ses divers trafics, une police souvent au service du plus offrant, ce ne serait que précaution. Surtout que son enquête à peine entamée, Morgado apprend que sa tête est mise à prix. Ce ne sont pas les candidats qui manquent…

Court roman noir de bonne facture de l’auteur mexicain Gabriel Trujillo Muñoz dont la plus grande partie est héritière directe du hard-boiled et de ses techniques de narration, de ses actions rapides ; la violence et la dureté venant elles du Mexique, de la frontière et des trafics, et non pas du personnage central qui, s’il n’est pas dupe, se refuse à l’excès de violence. Par contre les personnages secondaires sont, eux, tranchants comme des lames de couteaux, les femmes et filles diverses qu’on y croise n’étant pas en reste. Voire fatales…

Si on ne boude pas son plaisir de lecteur, surtout grâce à un  Mexique à l’atmosphère bien rendue, sans effets exagérés, foisonnant de combines, d’illégaux, de morts violentes et d’anecdotes, on reste plus insensible à une fin un peu trop convenue et un peu vite expédiée..
Mais pour son absence de verbiage, pour nous avoir épargné les 350 pages de format courant actuel, tout en illustrant la chasse au Mal propres aux espaces du roman noir, et pour son écriture contrôlée, Mezquite Road suscitera l’intérêt des amateurs du genre.
C’est le quatrième tome de la saga des enquêtes de Morgado que « folio-policier » a eu la bonne idée de publier, en reprise de l’édition d’origine chez « Les Allusifs ».


  

EB  (avril 2012)
 

(c) Copyright 2012 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 


 
 
 

 
 
 
 
 
 

Gabriel Trujillo Munoz - Mezquite Road
 
 


















Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

La recette du pigeon à l'italienne  

Alain Berenboom
Genèse Édition - 2012

 
Dans ce roman, Michel Van Loo, détective privé bruxellois, et Anne, sa charmante fiancée, reprennent du service, mais en Wallonie cette fois.
On est en 1949 et la Belgique essaye de relancer son industrie. Un Italien, Ignazio Lisone installé en Belgique juste après la guerre, se sent menacé par plusieurs courriers lui promettant le pire dans un style anormalement soigné.
Intermédiaire dans l’officiel trafic intergouvernemental de travailleurs en provenance de son pays et destinés aux mines de charbon belges, Lisone est quelqu’un aux réseaux occultes développés, puissant dans sa sphère d’action, prêt à corrompre n’importe quel officiel pour huiler sa machine très lucrative. Vivant seul, c’est sa sœur qui gère paperasses, dossiers, démarches officielles et l’immense maison qu’ils habitent à Grâce-Berleur dans la province de Liège, une commune située à moins de 10 km de la ville de Liège.
Lisone est également un grand amateur de courses de pigeon, colombophile, éleveur, parieur, qui participe aves ses champions aux diverses courses organisées en Belgique. C’est par le bais de son champion qu’il fera connaissance avec Anne et Van Loo, demandant à ce dernier de lui servir d’enquêteur privé pour découvrir d’où viennent les menaces.
Son activité de maquignon pour esclavagistes, ses combines diverses et son passé italien  louche sont autant de motifs que Van Loo se devra d’explorer. D’autres embrouilles liées aux mondes colombophile, politique ou syndicaliste ne font que compliquer la recherche d’une explication. Sans compter la mystérieuse sœur Lucia dont les activités sont pour le moins curieuses par moment.
Chargé d’escorter un pigeon champion et son soigneur et vers l’Italie, Van Loo apprendra les détails du passé de Lisone, ce qui n’éclaircira pas immédiatement les origines du danger qui le guette. Et la mort frappera autour de « l’entrepreneur ». Même son pigeon préféré.
Mais Van Loo veille, aidé par des amis indéfectibles, dont le coiffeur qui tient le salon où  travaille Anne, italien et ancien partisan, ou Hubert, le pharmacien polonais, ami très proche de Van Loo, « pourvoyeur de produits miracles pour volatiles »… Mais ce seront surtout les gueuzes-grenadine, enfilées à la chaine au fil de l’action, qui permettront à Van Loo de tenir le coup et de s’éclaircir les neurones face à ce casse-tête italo-belge.

Sous ses dehors de whodunit agrémenté de suspense léger,  La recette du pigeon à l'italienne est surtout l’occasion pour Alain Berenboom de nous faire un portrait pointilliste des problèmes et de l’organisation souvent scandaleuse de l’immigration des travailleurs italiens vers la Belgique pour fournir de la main-d’œuvre à profusion aux mines de charbon de Belgique. Sous-prolétaires ayant peu de droits, ligotés par des contrats drastiques avec la complicité de l’Etat belge, il faut se rappeler que ces travailleurs n’ont souvent pas d’alternative vu l’absence de ressources et d’organisation présentent en Italie au sortir de la guerre, un pays livré à la plus totale corruption. Si la destination n’est pas le paradis qu’on leur a promis, ils finiront par s’implanter en Belgique et à former la souche la plus importante de l’immigration en Belgique, apportant dynamisme et variétés culturelles, comme en témoignent le Hainaut et Charleroi, ainsi que la région liégeoise…
Mais nous sommes en 1949, et les conditions de travail et de logement des nouveaux arrivants sont plus que précaires, face à une population indifférente, à l’exploitation éhontée et aux manœuvres de l’Eglise belge pour éloigner les « rouges » en filtrant la sélection des arrivants.
Il faut dire qu’en 49,  même la rivalité cycliste Copi-Bartali est régie par les soutanes, Bartali recevant le support des milieux catholiques…
En dehors de cette immigration, une Belgique journalière, y compris ses manquements politiques, y est décrite avec exactitude et son ambiance se l’époque assez bien rendue par une multitude de petits traits présents dans les plis du roman. A cela s’ajoute une galerie de personnages vivants à Bruxelles, assez truculents et foisonnants, gravitant autour de Van Loo et de son éternelle fiancée, galerie de  personnages secondaires  examinés avec tendresse  et amusement par l’auteur.
Van Loo et Anne évoluent eux en permanence  dans un duo dont les rapports nous rappellent  ceux du fameux couple formé par Nick et Nora Charles dans les films de la série du « Thin Man » (films avec Dick Powell -le détective- et Mirna Loy -sa femme- inspirés de L’Introuvable de Dashiell Hammett) mêlant remarques acidulées, second degré et ballet amoureux, le tout fortement pince-sans rire !
Par contre, l’ironie mordante, qui fait souvent mouche, avec une touche occasionnelle d’humour noir dont Alain Berenboom parsème discrètement son récit, sont d’une autre essence et visent d’autres cibles.
Si le dénouement de l’intrigue est un peu rapide, on regrettera surtout que la longueur du roman lui fait perdre de l’impact. Même si la lecture reste agréable et tient le lecteur, nous pensons que plus court aurait fait gagner le roman en densité dramatique.
Par ses qualités,  La recette du pigeon à l'italienne reste cependant un roman policier à tendances noires nettement haut-dessus de la moyenne actuelle.

 
Note : Pour ceux peu familier de l’histoire contemporaine belge, signalons que ce sera à Grâce-Berleur que quatre personnes seront abattues par des gendarmes en juillet 1950, lors d’une manifestation antiroyaliste contre Léopold III. Même si la manifestation était interdite on n’a jamais pu établir pourquoi une camionnette de la gendarmerie avait été envoyée sur place durant cette manifestation pacifique. Cet incident mettra définitivement le feu aux poudres et en finale forcera le roi à abdiquer pour éviter l’éclatement de la Belgique


 

EB  (avril 2012)

(c) Copyright 2012 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Alain Berenboom - La recette du pigeon à l'italienne
 
 



































Listes livres
 
 
 

 


 

Back Up  

 

Paul Colize
la manufacture de livres  - 2012
 
 

Back Up est certainement le roman le plus ambitieux de Paul Colize à ce jour, et c’est une réussite.
La construction habile qui soutient le déroulement d’une intrigue à plusieurs voix, la reconstitution du monde des musiciens professionnels et des amateurs de musique rock depuis les années 1950 jusque dans la fin des années 60 ainsi que le foisonnement musical de ces années dans les grandes villes européennes, la reconstitution d’une vie éclatée associée à une passion et minée par une paranoïa de longue haleine qui se terminera en 2011, tout concoure à projeter le lecteur dans un vaste panorama temporel transformé en thriller à faible bruit par l’auteur. 
Le destin d’un jeune homme qui ne peut s’exprimer que par la musique et qui sera broyé ce jour de mars 1967, à Berlin, en se heurtant de plein fouet au complot qui détruira ce qui lui reste de vie sociale s’il veut survivre. Lui qui avait déjà fui le service militaire belge obligatoire, rentrant  alors en clandestinité pour la première fois, il avait poursuivit son rêve de musique dans un univers fait de concerts, de drogue et de précarité. Et de fuite perpétuelle en avant.

En parallèle nous assistons à l’essai de réhabilitation en hôpital d’un SDF plongé dans un étrange coma suite à un accident de circulation en rue, à Bruxelles en 2009, près de la gare du Midi. La police, mais aussi certains soignants, va essayer de reconstituer des fragments de la vie de cet homme dont on ne connaît même pas le nom ; si les traces sont ténues l’acharnement permettra de retrouver certaines pistes aux ramifications singulières…
Mais pourquoi ce mort-vivant met-il si peu de volonté à retrouver la conscience, à communiquer ?

Comme vous pouvez le comprendre il nous est difficile de beaucoup parler des intrigues croisées de Back Up sans dévoiler une partie du mystère et mettre en danger le long suspense véhiculé par le roman.
Servi par l’écriture efficace et maîtrisée de Paul Colize, le récit malgré sa longueur s’empare du lecteur pour ne plus le lâcher, et pas seulement pour le côté suspense/thriller qui sous-tend tout le roman, mais aussi, et surtout, par le style qui plonge ce même lecteur dans les ambiances justes et imagées d’univers et d’endroits forts différents, exactement là où l’auteur voulait l’amener. Sans fioritures, tout en retenue, dans un texte qui garde cependant une force tendue dans ses moments les plus âpres.
On soulignera particulièrement la justesse de ton et l’émotion qui parcourt tout le récit de l’enfance et de l’adolescence du personnage central, une justesse qu’on rencontrera encore souvent au cours de ce roman foisonnant.
Dans le long récit  personnel de ce protagoniste, consigné dans ses cahiers de notes, un texte moins lisse plus chaotique par endroits aurait encore renforcé l’impact de celui-ci, nous semble-t-il, notamment lors des moments de drogue et de paranoïa exacerbée qu’il vit ou a vécu, selon son propre récit. Mais la forme actuelle  n’enlève rien à la cohérence de l’ensemble. Ni a l’impression générale de gâchis que Paul Colize maintient en permanence dans l’histoire de ce destin broyé par les événements. Celui d’un personnage éclaté qui conservera malgré tout au plus profond de lui des restes d’humanité criants par l’amour indéfectible qu’il porte à deux femmes dont la première est sa mère qu’il abandonna avant de plonger pour toujours dans la fuite et la paranoïa…
A lire.

 

 
EB  (avril 2012)

(c) Copyright 2012 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
 
 
 
 
 
 

Paul Colize - Back Up
 
 






























Listes livres
 
 
 

 


 

                                                                                                                                             Autres livres >> 


Mise à jour: 1 mai 2012