livres
 
 
Aux animaux la guerre  


Nicolas Mathieu   
Actes Noirs - Actes Sud -  2014


 
Ce premier roman de Nicolas Mathieu se déroule au coeur de l'hiver dans les Vosges, dans une région qui connaît des difficultés comme le reste du pays, mais encore plus par l'annonce d'une fermeture d'usine qui donnait de l'emploi a des centaines de personnes dans cette région loin de tout.
Si les travailleurs s'attendent à en baver, ils espèrent cependant que leur Martel, syndicaliste atypique, trouvera une parade pour empêcher le groupe de mettre l'usine au rencart. Mais Martel est pris par un problème personnel qui lui bouffe son temps et son énergie : il doit rembourser une somme coquette aux mauvaises personnes... tout ça car il ne pouvait plus payer la maison de retraite de sa grand-mère. Ses petites magouilles de mini dealer avec Bruce, sorte de benêt bodybuidé qui se veut son ami, ne suffisent plus à trouver l'argent nécessaire.
Et ce sera la tentation du coup tordu qui aurait du lui procurer cet argent . Mais c'est pour une bande de malfrat, Mais ça fait appel à une arnaque grave dans le monde de la prostitution de Strasbourg. Ça ne pouvait que mal tourner. Et cela le fit. Très vite. Très mal. A tout allure vers la catastrophe. Au coeur de l'hiver glaçant, au coeur de conflits sociaux qu'il ne maîtrise pas, face à un monde qu'il ne comprend plus... Avec ses moyens dérisoires et une volonté qui ressemble à une passoire, un jugement peu fiable, et un colosse semi débile comme seul ami proche, au plus il se débat, au plus il s'enfonce. Dans ce marécage glauque sans fond qu'est devenue sa vie.

Héritier à sa façon du néo polar à la française, ce roman se nourrit de l'arrière plan social et de la misère ambiante, ici et maintenant. Mais c'est aussi un romn extrêmement bien construit, dont les multiples écheveaux finissent par se démêler pour se croiser presque tous au même endroit et presque au même moment. Une construction qui ne pèse pas, mais augmente la densité du récit général tout en ne sacrifiant pas l'épaisseur des divers personnages qui s'y débattent.
Toujours prenant et intéressant, l'auteur parvient à cadrer les diverses ambiances avec efficacité, sans avoir l'air d'y toucher et en y laissant toute la place nécessaire à ses personnages.
Un récit qui ressemble à un constat de faillite et qui peut à certains moments pointer vers les origines du problème, sans jamais imposer de solution ou de vues convenues.

Sombre et parfois désespéré, Aux animaux la guerre, est un premier roman réussi à l'écriture de qualité, véhiculant un réalisme et une violence sociale très bien intégrée au récit général.
Il nous reste à attendre la production suivante de Nicolas Mathieu, un auteur au réel potentiel ; un potentiel que nous avons déjà pu découvrir dans ce premier roman.



EB (juin  2014)

(c) Copyright 2014 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>



 
 
 
 
 
 



 
 

Nicolas Mathieu -  aux animaux la guerre
 
 























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 
 
 
 
 

Les gros mensonges  

Max Obione  
Les éditions du Horsain - 2014   

 

A côté du romancier qui ne laisse jamais indifférent, nous connaissons aussi Max Obione comme nouvelliste de talent, et c'est cette facette de l’auteur qui a donné lieu à ce recueil de 19 nouvelles, dont 6 inédites.

Si le mensonge et la dissimulation sont des fils conducteurs récurrens de la fiction, le titre du recueil Les gros mensonges est surtout celui de la première nouvelle de ce volume, une des plus percutantes de fantaisie et d'inventivité, proche de la parodie, de celles qui y sont proposées. Et... je ne dis pas cela à cause de ma présence parmi les personnages, en comédien incarnant un détective privé !
L'ensemble est varié, autant par le style de l'écriture que dans les buts visés dans les nouvelles, tout en penchant en majorité vers le sombre voire le noir... mais hors du domaine policier pour la plupart. Ce qui ne gâche en rien notre intérêt de lecteur !

On épinglera les nouvelles suivantes, qui nous sont apparues comme les plus abouties ou les plus marquantes d'un lot dont la qualité d'ensemble ne faiblit pas vraiment :
- L'incisif et prenant Orphans, avec son point de départ sordide et glacial en forme de plongée dans le rebut de cette société où les exploiteurs ont le haut du pavé... Un univers clos magistralement exposé dans le récit.
-
L'alibi d'os, où Max Obione nous fait une démonstration de son style multiforme... et juste. Une passion des mots et de l'écriture, maîtrisée et efficace dans cette confession de tueur.
-
Carlito, ou la mélancolie sombre et implacable qui ronge un danseur de salon au destin fracassé qui a eu plus que ses heures de gloire...
-
No Pasaran ! Et ses neo-révolutionnaires inéluctables. Le fascisme, s'il est déjà là, ne passera plus ! Courte nouvelle efficace et tendue...

Sans oublier la noirceur prenante de cet Arte Nera face aux mensonges de l'art moderne ou l'écriture percutante de Jab.
Mais répétons-le, les autres nouvelles sont loin d'être ratées, et dérison et humour noir pointent souvent leur nez dans les diverses histoires contées par Max Obione dans ce recueil au bilan positif.

Profitons de cette sortie pour rappler les deux recueils précédents, dont le formidable Ballistique du désir d'une noirceur d'encre, et le non négligeble L'ironie du short. POLAR NOIR en avait par ailleurs fait des compte-rendus lors de leur sortie (voir les pages ici).
Lisez Max Obione, un des auteurs français contemporains les plus attachants...


Daisybelle  

Les éditions du Jasmin - 2014

Nous ne résistons pas au plaisir de vous parler d'un petit opus destiné à la jeunesse que Max Obione vient de publier (mai 2014). Ce court roman nous plonge dans un passé encore proche du Tour de France, emporté par le jeune Louis, espiègle mais raisonnable, passionné de vélo. C'est sa rencontre avec le père Carillon, un voisin, qui lui permet d'échapper à la lourdeur des tâches domestiques au coeur de vcances balnéaires régentées par sa soeur ; et de plus, le vieux monsieur possède une formidable moto-sidecar qu'il a baptisée Daisybelle et qui va leur permettre l'escapade pour suivre le mythique Tour.

Amusant, drôle et très bien écrit, ce récit qui déborde de nostalgie et de rêves d'enfant nous plonge aussi au coeur d'une petite enquête dans le milieu des cyclistes du tour.
Voyages, transgressions, quêtes et aventures... que demander de plus.
La jeune génération francophone a de la chance de pouvoir lire des récits de qualité comme Daisybelle de Max Obione !
Et même les adultes y trouveront leur compte dans ce « souvenir de jeunesse » agréable comme un bonbon acidulé une après-midi d'été...



 

EB  (juin 2014)

(c) Copyright 2014 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
   
 
 
 
 
 

Max Obione - Les gros mensonges
 
 


























Max Oione - Daisybelle  (colection jeunesse)








Listes livres
 
 
 

 


 
 
 

                                                                                                                                            Autres livres >> 


Mise à jour: 26 juin 2014