livres
 
 

Le dernier lendemain  

(The Last Tomorrow - 2013) 

Ryan David Jahn    
Actes Noirs – Actes sud  - 2014


Dans ce roman qui prend place à Los Angeles en 1952, l'auteur se sert de l'air du temps pour nous camper des personnages issus du hard-boiled le plus typique et les plonge dans un roman noir à rebondissements et à légère connotation psychologique pour ce qui concerne les personnages principaux. Le tout dans une construction à voix multiples, le terme chorale étant ici plus que jamais justifié, étant donné le nombre total de ces voix qui nous construisent le récit (sans toutefois utiliser la première personne). Une construction fonctionnant en souplesse, ne perdant jamais le lecteur en route.
La machine infernale qui se construit sous nos yeux démarre par la révolte du jeune Sandy, 13 ans, brutalisé par son beau-père, et qui passera à l'acte ultime. Sa mère, Candice, subitement veuve est désespérée lorsque la police ne croit plus à l'histoire de Sandy et le conduit vers l'internement dans une maison de redressement. Comme l'amie de la mère, entraîneuse comme elle dans le même établissement, a plus de réactivité elle voit immédiatement comment agir sur le procureur en charge, car ce dernier a des agissements sexuels peu en phase avec la divinité de sa fonction.
Pour s'en tirer, ledit procureur se rejette sur les BD trouvées dans les affaires de Sandy, dont une d'entre elles offre des similitudes troublantes avec la mise en scène du crime de Sandy.
D'autant plus qu'il espère faire plier cet accusé de meurtre violent, le fidèle comptable d'un chef maffieux notoire surnommé la Machine, corrompu et violent, et dont l'employé sous les verrous peut confirmer les liens de son patron maffieux avec la maison d'édition de la BD. Et ce en pleine furia anti-comics , orchestrée par les ligues de vertu américaines, un psychologue/psychiatre déjanté et les autodafés publics de ces publications du diable (ce contexte « comics » évoqué en arrière-plan est authentique et dura plusieurs années!- un épisode peu reluisant de plus issu de l'étroitesse de vue des intégristes religieux américains et leurs politiciens complices- Ndlr).

Par contre, celui que cela ne fera pas rire, c'est cet ancien dessinateur/scénariste de comics, Eugene Dahl, qui voulant écrire son roman auquel il pense depuis toujours est venu s'établir à L-A où il mène une petite vie discrète et solitaire, et où son futur roman tourne à la chimère. On veut tout lui coller sur le dos car il est le dessinateur de la fameuse BD de Sandy. Sans signature. Mais la Machine ne veut pas qu'on le coince pour une de ses entreprises légales, l'édition, et ainsi pouvoir explorer ses autres activités beaucoup plus louches... Et il est prêt à tout pour faire foirer le plan du procureur. Il ira jusqu'à se servir de sa fille dévouée à sa cause pour piéger le scénariste-romancier. Son adjoint, truand et tueur expérimenté sera aussi de la partie. Le piège manigancé par la Machine est armé, Eugene est au coeur de la cible. Mais il se démène. Plus que prévu.
Les affaires criminelles impliquées sont suivies par la police qui fait ce qu'elle peut, et surtout par un flic toujours sous le choc de la mort de sa femme, largué, se droguant, se fiant à son instinct et souvent en retard de deux mesures... Eugene a plus que du soucis à se faire , le danger venant de partout et tout le temps, l'odeur du sang en attirant plus d'un...

Récit adroitement construit, Le dernier lendemain nous fait assister à l'éclosion puis à la confirmation d'un psychopathe, en parallèle à la révolte inattendue et sanglante d'un homme jusque là presque quelconque qui lutte pour sa survie, le tout dans un contexte US des années 50 habilement reconstitué. Avec les ingrédients de l'époque, de la femme fatale au truand en passant par la police désorganisée et le Los Angeles interlope des combines et des oubliés face à la course au dollar. Les diverses péripéties maintiennent facilement le lecteur sous pression et les récits chorals ne freine en rien son intérêt, nous livrant ainsi un roman multi-facettes assez réussi.
On notera une fin à la construction assez originale qui dans sa convergence réussie garde la forme chorale.
Et, s'il fallait encore le souligner, comme le montre ce roman de Ryan David Jahn, méfiez-vous des scénaristes de BD. N'importe quel éditeur retors vous le confirmera...


EB (décembre 2014)

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>



 
 
 
 
 
 



 
 

Ryan Dvid Jahn - Le dernier lendemain
 
 


























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Red Fury 

 
 (What it Was - 2012)

George Pelecanos
Robert Pépin présente - Calmann-Lévy - 2015

 

Dans ce cinquième roman mettant en scène le détective privé Noir Derek Strange, Pelecanos nous plonge dans le Washington DC de 1972 (ville noire s'il en est aux USA – non, pas à cause d'Obama !), à peine moins lointain que celui des grandes émeutes de 1968 suite à l'assassinat de Martin Luther King.

On assiste aux dérives meurtrières de Red Jones, truand noir violent et avide de moyens financiers, aidé par sa compagne Coco Watkins, tenancière de bordel. Ce couple se transforme vite en une espèce de Bonnie and Clyde version Afro,  romantismee en moins, ne reculant devant rien pour s'approprier argent, drogue et éliminer ses opposants. La police locale a mis sur leur piste quelques-uns de leurs limiers, dont le très traditionnel Frank Vauhgn, inspecteur Blanc  proche de la retraite, mais efficace et instinctif. Adepte des méthodes viriles des années 1950, la hiérarchie ferme les yeux à cause de son palmarès de réussites tout au long de s carrière, et ce sera avec énergie que Frank suivra les traces sanglantes du couple infernal dont on ignore toujours le lieu de résidence. Cela devient d'autant plus urgent que Jones, surnommé Red Fury, semble animé s'une vrai rage destructrice semant la mort sur son passage. Il faut dire que Coco, sa complice, est toujour au volant de sa voiture une Plymouth Fury rouge...
Ces petits indépendants du crime finiront par marcher sur des pieds un peu trop sensibles appartenant à beaucoup plus organisés qu'eux, décidés de récupérer l'argent et la drogue volés chez un dealer Noir à eux.
En parallèle, Strange, pour le compte d'une splendide beauté noire, doit rechercher une bague lui appartenant, sans grande valeur, mais importante pour la dame... elle l'avait confiée à un petit malfrat assassiné par Red Jones, et elle semble avoir disparu...
A la poursuite du bijou, Strange croisera plus d'une fois le chemin de Vaughn, qui finira par lui accorder une certaine confiancecar Strange est un jeune ex-flic reconverti en privé après les émeutes de 1968, un ex-collègue honnête et peu malléable. Ils uniront même une partie de leurs efforts, car les cadavres s'accumulent et la vraie pègre semble de plus en plus impatiente de récupérer son bien. Coûte que coûte...

Inspiré par les actes d'un tueur en série ayant existé à Washington à cette époque, 'Cadillac' Smith, Pelecanos a brodé une histoire inventée de toute pièce, mêlant hard-boiled et police procedural, et n'évitant pas les problèmes créés par le racisme ambiant persistant et exacerbé par les événements récents (émeutes raciales déjà évoquées ici). C'est d'ailleurs le Washington des Noirs qui est le plus souvent évoqué idans le roman via les divers quartiers, paupérisés ou bourgeois, et les habitudes de cette population souvent mise à l'écart quand ce n'est pas carrément opprimée. Tout cela avec un vérisme certain, l'auteur y ayant vécu et en ayant déjà fait  le cadre de ses romans précédents.
Si le personnage de Strange reste intéressant dans Red Fury, c'est assez curieusement l'inspecteur Vaughn qui semble recevoir le plus d'attention de l'auteur qui réussit a en faire un personnage attachant et chaleureux, même au coeur de ses contradictions ou de ses excès. Par contre, on accroche pas vraiment à celui de Derek Strange, personnage efficace pour le récit, mais auquel il est difficile d'accorder une véritable empathie...
D'un autre côté, le roman révèle une contradiciton plus que certainement voulue par Pelecanos : de tous les personnages, le seul fidèle et sincère en amour esr le tueur Red Jones... Ni Strange ni Vaughn, pataugeant dans leur libido respective, n'y ont droit.
Grace au style très direct et à la concision de l'écriture, Red Fury est un roman qu'on suit avec intérêt, nous donnant en prime une très bonne reconstitution des années 1970 et de leurs obsessions vestimentaires, capillaires et musicales. Le tout dans un ensemble de récits croisés suivant les divers personnages principaux, âpres, souvent violents, pleins de rebondissements bienvenus.
Une restriction cependant : des répétitions quasi incantatoires de certains détails d'époque parsèment le récit, et cet excès de répétitions n'apporte rien sauf une certaine irritation ( cela va de la patte d'éléphant, à la coupe afro, en passant par le bras du pick-up qu'on dépose sur le disque...).
Mais qu'on ne s'y trompe pas, Red Fury, sans être un des meilleurs George Pelecanos, est un roman direct et rapide, héritier partiel du hard-boiled qui plaira aux amateurs du genre.

 
EB  (décembre  2014)
 

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
 
 
 
 
 
 
 

George Pelecanos -  Red Fury
 
 







































Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 
Messe noire  
- Une enquête du commissaire aux morts étranges

Olivier Barde-Cabuçon  
Actes Noirs - Acte Sud - 2013  
 

Toujours dans le 18e s. de Louis XV, les enquête du Commissaire aux morts étranges, le chevalier de Volnay, nous entraîne en 1759 sur les traces de diverses diableries provoquées par la découverte de deux cadavres dans un cimetière. Les indices relatifs à une cérémonie satanique sont évidents : la jeune morte a à peine 12 ans et nue sur une tombe elle jouait certainement le tôle de la vierge à sacrifier dans ce qui sans aucun doute était une messe noire. Le second mort est le gardien du cimetière.
Très interpellé par le meurtre de la jeune fille, orpheline à l'identité assez floue, de Sartine, lieutenant général de la police et chef de Volnay, craint que comme sous Louis XIV il se trouve devant un scandale qui pourrait éclabousser l'aristocratie et la Cour. Les premiers éléments des recherches de Volnay semblent éloigner ce genre d'explication et cette messe noire semble être le simple fait de satanistes.
Cependant, des cinq presonnes présentes d'après des témoins, deux sont très vite éliminées et meurent dans des circonstances pas très nettes. Ce qui relance l'enquête dans diverses directions notamment celle du père adoptif de la jeune fille morte, astrologue et mage de profession.
Mais tout semble équivoque à Volnay qui ne parvient pas à cerner l'organisation qui serait derrière la cérémonie et de plus il est persuadé que Sartine lui dissimule des faits importants qu'il détient. Sans oublier cette mystérieuse Hélène qu'il lui a imposée comme aide et observatrice. Cultivée, intelligente. Dangereuse...

Roman poicier historique entièrement et habilement plongé dans l'époque dont il se sert, Messe noire, reprend des peronnages déjà utilisé dans le premier volume des aventures de Volnay et qui seront réutilisés dans le troisième également : Sartine, évidemment, le père de Volnay, moine hérétique et savant, truculent et libertaire avant l'heure, la pie savante de Volnay...
Dans cette enquête assez bien ficelée, captant vite l'attention du lecteur avec les multiples rebondissements qui parsement judicieusement l'intrigue, les descriptions du Paris historique et des habitudes sociales de l'époque sont également un centre d'intérêt assez réussi. On notera les très imagées et très intéressantes descriptions de la nuit dans la ville, avec ses dangers, ses fantasmes, son manque d'organisation et les petits métiers qui tentent de combler les besoins du piéton perdu dans le noir presque absolu.
Un retournement de l'intrigue, assez inattendu, permet de relancer tout le dernier tiers du récit, sans pourtant éviter de la terminer sur une explication assez convenue et au fond peu innovante. Mais même ainsi, avant d'y arriver les péripéties maintiennent le lecteur sous pression par des détours feuilletonesques assez réussis...
Reconstitution historique plausible et bien documentée, enquête policière comme centre d'intérêt principal, personnages bien dessinés (manquant cependant parfois d'épaisseur), intrigue tirant sur le feuilletonesque, sont les ingrédients de ce roman policier historique de bonne compagnie qui le mettent à la portée d'un large public.


EB  (janvier 2015)

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
  
 
 
 
 
 
 

Olivier Barde-Cabuçon -  Messe noire
 
 



























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 

                                                                                                                                            Autres livres >> 


Mise à jour: 15 janvier 2015