livres
 
 

La
musique et la nuit  

(The Night and th Music - 2011)

Lawrence Block   
Robert Pépin présente – Calmann-Lévy - 2015


 
Forte de 16 romans, la saga de Matt Scudder, ex-flic, privé sans licence et alcoolique, est un des fleurons de l'oeuvre de son auteur Lawrence Block, une série qui a suivi son héros récurrent tout au long de sa vie d'adulte. Avec La musique et la nuit, Block nous livre les dix novelles existantes qui avaient toutes Scudder comme personnage central et y a ajouté une onzième, inédite.
Ces nouvelles écrites entre les volumes de la série servaient parfois de trait d'union permettant au personnage de se manifester alors que le roman suivant n'était même pas encore projeté. C'est la première fois qu'elles sont toutes rassemblées dans un seul recueil.
On comprendra aisément qu'il vaut mieux lire ces textes dans l'ordre qu'ils occupent dans cette anthologie -un ordre conforme à la chronologie de leur première publication- puisque écrites alors que le personnage de Matt Scudder était toujours en constante évolution biographique (mariages, rencontre avec certains des personnages secondaires importants et récurrents, évolution de l'alcoolisme...etc).
A ce sujet, nous regrettons que l' année de première publication de chacune des nouvelles n'est pas indiquée dans ce recueil pour celles-ci, ni leur titre original anglais.
Il y a heureusement, en fin de volume, un intéressant texte de commentaires de Block qui permet de suivre la chronologie et certains aspects factuels de ces nouvelles, mais dans lequel toutes les dates de parution ne sont pas indiquées.

Soulignons d'emblée, que s'il vaut mieux déjà connaître Matt Scudder au travers de l'un ou l'autre des romans de la série, il n'est pas indispensable d'en connaître toutes les péripéties ni toutes les relations liées au personnage central.

Ce qui frappe d'entrée, c'est que Block est un « raconteur d'histoires », un formidable conteur - même s'il utilise souvent le récit « rapporté » par Matt Scudder à un autre personnage, comme un souvenir raconté, procédé qui permet de situer les événements dans le temps, mais qui affaiblit certaines chutes des nouvelles, le récit se prolongeant au delà du souvenir dans le présent ce qui en amortit parfois l'impact. Mais c'est cependant avec intérêt qu'on suit Matt Scudder dans ce recueil, évoluant dans une vie faite de renoncements, de décisions difficiles et de justice directe.
Même cette première nouvelle, qui ouvre le volume,
Par la fenêtre (datant de 1977), a déjà cette force d'évocation et d'impact direct que Block sait créer dans ses récits, évitant toute exagération ou effets inutiles. Et un sens aigu des dialogues...
Elle fut écrite après les 3 premiers romans de la série Scudder, à une époque où Block se demandait si cela valait la peine de continuer à utiliser ce personnage.

Parmi les autres nouvelles, on soulignera :
Aux premières lueurs de l'aube modèle d'histoire à deux culbutes et de justice bancale aux yeux de la loi ; elle obtint un Edgar (récompense convoitée aux USA) en 1985.
La musique et la nuit, nouvelle qui donna le titre au recueil. Superbe titre qui sonne encore mieux en anglais et qui est tiré du titre d'un standard de jazz.
Bref texte noyé de nostalgie, de musique et d'ambiance « bleue »...
Un moment d'égarement pour sa complexité rationaliste qui est une espèce de pied de nez intelligent aux partisans indéfectibles de « l’énigme avant tout ». Complexité qui se révèle après une histoire qui se distingue déjà par la subtilité de son intrigue qui semble simple de prime abord. Une complexité qui se développe dans une conclusion admirablement construite par l'auteur. Une des meilleures du recueil !

Et on terminera, comme le recueil, avec l'inédite Une dernière soirée chez Grogan décrivant de manière nostalgique et réaliste à la fois, la fin du troquet de prédilection d'un quartier jadis abritant demi-sels, poivrots et petits durs, propriété de l'ami de Scudder aux activités pas très nettes. Crépusculaire, c 'est une métaphore évidente d'un monde qui disparaît, celui de Scudder, et sans doute aussi de personnages comme Scudder voués à la disparition. Avec vue sur le monde qui le remplace, face à la métamorphose continue des grandes cités...

Recueil solide, nuancé, sans artifices littéraires, mais avec un vrai style réaliste, La musique et la nuit devrait plaire à tous les fans de la série Scudder, mais aussi aux autres, ceux qui aiment se laisser séduire par cet art qu'est l'écriture de nouvelles.
Matt Scudder, New-York , Y
ou and the Night and the Music...
À lire.

EB (janvier 2015)

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>



 
 
 
 
 
 



 
  Lawrence Block - La musique et la nuit

Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Finsterau
 
 
(Finsterau - 2012) 

Andrea Maria Schenkel  
Actes Noirs - Actes Sud  - 2015

 

Auteure allemande remarquée, à juste titre, Andrea Marai Schenkel nous livre ici un très bref roman (ou une très longue nouvelle) de 100 pages, prenant place dans l'Allemagne rurale de la juste après-guerre.
Une jeune femme, Afra, et son très jeune fils se sont fait tuer dans la maison de ses patents où ils résident, mais 18 années plus tard des élément imprévus font rouvrit une enquête car le coupable désigné par la police et emprisonné semble ne pas être le véritable meurtrier.
Par une alternance de brefs chapitres nous plongeant dans les faits et témoignages de 1947 et dans l 'époque de la réouverture de l'enquête officielle, l'auteure nous fait suivre les fausses certitudes de la police et les nouveaux témoignages complétant le tableau incomplet dont elle s'était contentée. A cela s'ajoute la vie assez dure que mène Afra et sa famille, petits métayers paupérisés, aux revenus précaires, dont le père assez rigide n'a pour seule conviction que sa foi chrétienne, entière, absolue et étroite. Un père qui mène une vie impossible à sa fille car elle a mis au monde un bâtard...

Sec, rigide et froid, le ton de l'écriture du roman fait bien ressentir le sort de ces vies étriquées, étouffées par les impositions d'une société rurale encore engluée dans le primitivisme, la bigoterie et une étroitesse d'esprit omniprésente durant les années 1940 dans la campagne allemande.
Le tout dégageant une ambiance proche du misérabilisme dans lequel se débattent des destins qui sont toujours des fatalités. Même celui d'Afra pourtant pleine de vie et prête à lutter, jusqu'au jour où elle croisera son meurtrier.
Si Finsterau est proche de l'univers et des personnages du premier roman de Andrea Maria Schenkel (**) il n'en a pas l’accomplissement ni l'impact. On pourrait incriminer le faible nombre de pages, peu propice au développement dans l'actuel roman, mais à nos yeux cela donne au contraire la force voulue à cette intrigue sombre et existentielle adossée à un récit succinct. La qualité d'écriture en sera le complément indispensable. C'est d'ailleurs cette écriture qui en premier nous fait recommander ce bref roman.

(**) La ferme du crime, 2008 – voir l'analyse de ce roman noir de grande qualité dans Polar Noir


EB  (février 2015)
 

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
 
 
 
 
 
 
 

Andrea Maria Schenkel - Finsterau
 
 

















Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Ground Zero   

Jean-Paul Chaumeil
Rouergue Noir - Éditions du Rouergue - 2015 

 

Roman en forme de long monologue, Ground Zero nous plonge au coeur de l'existence d'un tueur peu banal : un exécuteur de contrats rémunérés à la tâche. La plupart du temps pour les excroissances les plus obscures de services de renseignement et d'action occidentaux.

Mercenaire free-lance, tueur à gages très bien rémunéré, W ou William, ou ce que vous voudrez, est un artisan de la mort expérimenté et très doué : tireur d'élite, amoureux de ses outils, rompu au close combat, fiable et fidèle à sa parole, il emporte l'adhésion des employeurs occasionnels ; il est d'ailleurs celui qui se voit confier par la filière qui l'utilise les contrats les plus délicats dans des environnements les plus divers. Ce qui lui vaut des primes très élevées payées régulièrement, lui assurant un train de vie sans problème tout en restant des plus discrets, des plus anonymes...
Jeune, désoeuvré et sans but, il est formé par des groupes paramilitaires issus de la mouvance Gladio, durant les années 80. Intelligent et avide de se perfectionner, W après une longue expérience sans failles peut se considère maintenant comme l'indépendant total, redevable seulement aux circonstances et au professeur qui l'a formé encore jeune  (**) à son métier; il ne veut jamais savoir qui choisit les victimes, ni pourquoi. Neutre, efficace et anonyme... mais réaliste. Il sait les rivalités des pays ou des services, les appétits des grandes multinationales, le besoin d'éliminer des hommes de main devenu des témoins gênants, et il est loin d'être naïf. Mais peu importe : le donneur d'ordre a toujours raison...
Jusqu'à ce jour de septembre 2001, où pour la première fois il devient la proie de services parallèles et de trahisons feutrées qui font basculer son univers de chasseur. Dans le World Trade Center de New York, le matin du 11 septembre. Dans le chaos des tours. Dans le chaos de sa vie qui ne dépendait que d'une instruction. De son propre camp.

Thriller atypique, ce roman ne comportant aucun dialogue est raconté sur le ton de la confidence au lecteur par le tueur, personnage qui est le centre du récit. Si par la juxtaposition de plusieurs périodes et de détails de la vie de W, le début du récit peut paraître confus, on est cependant vite happé par la force d'écriture du roman et le sentiment de confusion disparaît rapidement pour faire place à un mélange de froideur, de réalisme et d'urgences voulu par l'auteur. Le tout lié par le goût de W pour la musique rock fort rythmée qu'il véhicule depuis sa jeunesse et qu'il conserve au travers de la musique enregistrée qu'il écoute en permanence au coeur de ses missions. Musique qui est un des murs de la forteresse que W s'est construite contre le monde extérieur, comme sa neutralité forcenée et son détachement constant.
Ne comptent plus que les résultats de ses missions et ses revenus échelle de ceux-ci. Indifférent à ses victimes, vigilant, toujours sur ses gardes, W est mort à la vie depuis longtemps.
Mais il ne le sait pas encore...

Ground Zero est un roman behaviouriste intéressant. Rageur, précis, violent et sombre il raconte avec efficacité le monde décalé d'un tueur officiel. Si les péripéties décrites ici vous semblent assez convenues, ne vous y trompez pas : l'ensemble du roman nous plonge avec justesse dans l'âme de ce personnage qui nie en avoir une. Dans le parcours d'une victime de nos sociétés, quelqu'un qui se voulait l'incarnation même de l'individualisme.
Mais, plus que tout le reste, laissez-vous emporter par ce texte dont l'intensité augmente encore avec l'avancement du récit. Un premier roman qui est une vraie réussite.

(**) si le thème du tueur à gage indépendant, méthodique et neutre, mêlé de coulisses politiques, vous intéresse, reportez-vous aussi à la nouvelle publiée dans Polar Noir : Bienvenue chez les Ch'thiois ! de A-M Adrien

 

EB  (février 2015)

(c) Copyright 2015 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>


 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Jean-Paul Chaumel - Ground Zero
 
 






























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 

                                                                                                                                            Autres livres >> 


Mise à jour: 18 février 2015