livres
 
 

Elvis Cadillac 
-  King from Charleroi 

Nadine Monfils
Fleuve Éditions - 2016
 

Madame Monfils en a terminé avec sa terrible et mortifère Mémé Cornemuse et nous raconte ici les déboires (avec aussi tous les boires, rassurez-vous...) du fameux Elvis from Charleroi, un King 100 % Label Belge, élevé pur bière à Charleroi, cette ville noire à la réputation de maffia de Province...
Se trimballant en costume idoine, avec sa chienne Priscilla, leur banane capillairessur le crâne, dans sa Cadillac du plus joli rose bonbon, le plus improbable sosie du Presley ricain pousse la chansonnette dans les cavitjes et estaminets du quartier des Marolles à Bruxelles, et parfois aussi dans des grandes occasions comme des communions solennelles (on vous le disait, solennelles...), des mariages et des enterrements qui ont de la classe. Le succès, quoi...

Court sur pattes, rondouillard, ne refusant jamais une bière, vivant dans un palais d'au moins trois pièces rempli d'images du King dans tous les coins, réveillé au son de la voix lustrée de son idole, Elvis Cadillac a la vie qu'il a toujours voulu et se trouve chanceux d'avoir aussi bien réussi, lui l'enfant abandonné par sa mère alors qu'il avait 5 ans, adopté et toujours rêvant de sa môman ... qui n'a pu qu'être kidnappée pour en arriver à devoir le laisser seul dans les chiottes de l'autoroute.
D'ailleurs n'a-t-il pas été retenu pour se produire dans la haute, chez des bourgeois vivant dans un château, et ce sera pour l'anniversaire de la grand-mère qui voue un culte à Elvis Presley et encore plus à sa chanson Blue Moon. Flatté, le King from Charleroi se sert de toutes les ressources de ses amis des Marolles pour se faire encore plus beau, encore plus Elvis.
Mais c'était sans compter sur le destin : sa chère môman disparue depuis des lustres vient soudain refaire surface chez son fifils, larguée par son Jules. Outrancière, menteuse comme un politicard belge, mêle-tout comme le fisc de la même couleur, arriviste et affabulatrice, vraie graine de dominatrix elle commence par s'imposer dans la maison d' Elvis avant de vouloir gérer toute sa vie....
Elle sera son agent, et elle s'occupe de l'entraîner et de lui trouver de coaches. Et elle ne le lâche plus car pour elle le Carnegie Hall n'est plus qu'une question de dates...

Plein les santiags qu'il en a le peï Elvis... mais c'est sa môman...
Et tout basculera lors du concert chez les châtelains vivant en famille... Vivant... enfin, ouéé. En famille ? Tu l'as dit bouffi !
Kidnapping félin, grand-mère éthérée, jeunes froucheleirs, course aux bijoux, courses de chevaux, avidadollars, familles disfonctionnelles, le tout sur fond de Blue Moon. Les barges chez les bourges !

Parsemés de personnages sortis d'un conte ultra-kitch raconté en bruxellois, plus invraisemblables les uns que les autres, mais certains issus d'exemples de la vraie vie bruxelloise et belge, Elvis Cadillac-King from Charleroi ressemble la plupart du temps à un bateau-ziver peuplé des obsessions déjantées de Nadine Monfils. Pour notre plus grand plaisir...
Cette fois, si le macabre est léger, l'humour reste encore entre absurde et noir, voire un mélange ! L'aspect marqué de conte un peu irréel qui se dessine vers la fin, ne fera pas oublier de si tôt le farfelu et le ringard contrôlé qui caractérise ce qui précède. Le tout épicé d'expressions bruxelloises et, nouveauté, aussi de nombreux termes typiques venant du wallon, le plus souvent du liégeois.

Que les non-Belges (tout le monde n'est pas parfait!) se rassurent, les renvois de texte -didactiques et rigolards- leur expliqueront de quoi il s'agit...

Allei... venez tous avec Nadine et Elvis pour entamer Tutti Frutti devant une bonne boerengueuze.
Plus fort, podferdeke !...

EB (mars 2016)

(c) Copyright 2016 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 
 
 
 


 
 
 
 

Nadine Monfils - Elvis Cadillac
 
 































Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

La dernière prise    

 
 (The Martini Shot - 2015)

George Pelecanos 
Rober Pépin présente... -  Calman-Lévy  - 2016

 
 

On connaît les talents de conteur d'histoires dont fait preuve George Pelecanos.
Par ses romans, par des séries télévisées de haut niveau comme entre autre The Wire ou Treme qu'il scénarisa, mais si vous en doutez encore, lisez le présent recueil de nouvelles.
Vous y retrouverez également son Washington, sa ville de prédilection, vivante, dangereuse, multiculturelle à majorité Black, ville dont il est originaire, ainsi que les milieux grecs issus de l'immigration.
Prenantes, découpées au cordeau, dures et souvent noires, ces nouvelles (dont une plus longue, une) 'novella') ont toutes en commun des textes qui happent le lecteur par leur qualités narratives très au-dessus de la moyenne, et les ambiances réalistes efficaces créées sans renforts d'artifices.

Une des plus prenantes des histoires racontées par Pelecanos dans ce volume est sans conteste Les morts, leurs yeux nous implorent. En 1933, un jeune gars fraîchement immigré, paumé et tout content du boulot ingrat qu'il a dégotté dans les cuisines d'un restaurant de luxe est témoin indirect de la mort d'un juste face à l'oppression du plus fort, face aux classes qui veulent dominer à tout prix. Par Pinkerton interposé. Sec, noir et fulgurant.
Note : on croise dans le récit Nick Stefanos, héros récurrent de Pelecanos.

On soulignera également le glaçant Quand on a faim au ton presque bon enfant, récit machiavélique et puissant par sa simplicité. Au Brésil un homme se cache et les assurances le recherchent... Argent, duplicité froide...Noir et ironique.
On y ajoutera le très ambigu et subtil
La chambre de Miss Mary qui décrit deux jeunes Noirs aux prises avec les problèmes de la délinquance ordinaire, de la violence des rues et des codes de survie brutaux et aveugles. Une nouvelle très minimaliste, efficacement comportementaliste, où se loge une parcelle d'humanité inattendue.

Enfin, il faut noter la grande qualité d'écriture de La dernière prise, la longue nouvelle très réussie d'environ 110 pages. Elle a donné son titre au recueil et se déroule durant les dernières prises sur un plateau de série télévisée; elle est racontée par le scénariste et producteur de la série en question. Acerbe, mordant et nerveux le récit nous plonge admirablement au coeur de ce monde artificiel et malgré tout très professionnel du film. Avec ici une place importante donnée aux équipes techniques, les ouvriers, à côté des producteurs et des vedettes. Et un meurtre qui se greffe sur l'intrigue.
Ironique et désabusé, il y a du hardboiled version soft dans ces descriptions, l'ambiance générale et dans certains de ces personnages. Le tout rehaussé par des articulations du récit écrits comme des extraits de scénario.

Il faut encore signaler une curiosité : Choix (Choice – 2011) qui nous fait découvrir comment Spero Lucas aboutit dans sa famille adoptive d'origine grecque et y passe une partie de sa jeunesse. C'est bien le Spero Lucas, personnage d'enquêteur, qui apparaît dans deux romans récents de Pelecanos (voir détails dans Polar Noir) dont il s'agit. C'est le côté intéressant de cette nouvelle, qui par ailleurs est sans doute la plus ''décalée'' du recueil, par son sujet et son traitement. A noter qu'elle est en partie autobiographique pour ce qui concerne Pelecanos.

Une remarque : nous regrettons que le titre original de chacune des nouvelle n'est pas fourni dans ce volume, une information nécessaire. De plus, mentionner leur année de première publication aurait été également une indication utile

Ces 8 textes de qualité accrochent le lecteur grâce au réel talent de George Pelecanos qui transparaît à chaque page.
Et au bilan plus que positif de ce recueil, s'ajoute une version française soignée (*).

Recommandé !


(*) Mais pourquoi une fois de plus nous nous retrouvons page 261 face à un « calibre 38 mm » ??
Distraction de la traductrice ? Des éditeurs ? 38 mm pour une arme de poing, d'où un canon d'un diamètre d'à peu près 4 cm !!
Il s'agit en fait d'un calibre .38 ... (0,38 pouce) -un détail qui change tout.
(Reportez-vous à notre dossier La valse des calibres dans Polar Noir pour en savoir plus)

 
EB  (avril 2016)
 

(c) Copyright 2016 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 


 
 
 
 
 
 
 
 


 

George Pelecanos - Dernière prise
 
 

























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

L'homme qui valait des milliards  
Le hacker de Bordeaux

François Darnaudet 
Zones Noires - Éditions Wartberg - 2016

Pendant que Kader, habile pirate informatique collecte des données sur commande, données qu'il ne comprend pas mais dont doivent émerger les noms de spécialistes qui s'en occupent, des infos pour lesquelles il est bien payé par un intermédiaire qu'il ne connaît pas bien, tandis qu'il se fait remplacer par un proche connaissant un peu les arcanes d' l'Internet, et tandis qu'une firme spécialisée dans les mises au point de programmes de contrôle et de cryptage des moyens de payements électroniques utilise des moyens peu légaux pour protéger ses acquis techniques, un petit prof de math d'un lycée de province se bat avec son spleen et le début de la cinquantaine qui cogne furieusement à sa porte...
S'il est un peu déboussolé, Jean-Claude Bauduer, il y a de quoi. Depuis que sa femme s'est séparée de lui et que leurs 3 enfants vivent leur propre vie, il se sent inutile, perdu et à sa place nulle part. Même l'Education Nationale a pété tous les fusibles et ne lui offre plus qu'une carrière médiocre d'enseignant contrôlée par une armada de technocrates abusifs incompétents et dictatoriaux. Y a pas que lui dans cette Education officielle qui se débat avec ce genre d'abus ! Mais lui espérait beaucoup mieux, surtout après les études supérieures qu'il avait faites, en maths bien sûr, mais aussi en physique et en mécanique.

C'est en rencontrant l'étrange Anne-Dominique, nouvellement arrivée au lycée, prof et érudite en maths théoriques, qu'un nouvel intérêt s'éveillera lentement en lui. Double. D'abord dans un vieux problème de la théorie des nombres, non-résolu depuis des centaines d'années, lié à l'identification des nombres premiers (*) dans une suite infinie de nombres naturels entiers (donc la suite infinie des nombres que tout le monde utilise journellement). D'autant plus qu'il a découvert qu'une institution américaine a doté la résolution éventuelle d'un prix valant 1million de dollars (authentique- NdlR). Alors, pourquoi ne passeraient-ils pas une partie de leurs loisirs à se rafraîchir la mémoire dans le domaine... et qui sait ? Ensuite, côtoyant la jeune femme de plus près, Jean-Claude est persuadé qu'une relation très proche ne serait ni impossible ni fatale.
Jean-claude se lancera d'autant plus volontiers dans ces recherches mathématiques, que, sans le savoir, lors de sa thèse en mécanique il avait utilisé et étudié des conditions particulières de l'équation de Napier-Stokes (**), autre grand problème non complètement résolu, à côté des nombres premiers.qui fait partie d'une fameuse liste de 7 problèmes mathématiques non résolus, dite du millénaire.

Mais soudain les spécialistes proéminents en mathématique théorique qui sont engagés dans des recherches modernes sur les problèmes des nombres premiers meurent les uns après les autres. Ce qui éveille des soupçons chez nos deux profs.
Et tout aussi soudainement, des organisations mafieuses et des tueurs vont se mettre à rechercher nos deux profs de lycée...
Mais de leurs recherches et de leurs contacts avec des éminents spécialistes il apparaît de plus en plus clairement que la résolution du problème des nombres premiers en permettant de les prévoir avec certitude minerait une des assises principales du cryptage électronique moderne. Et permettrait de rendre caduque toutes les protections des payements bancaires en les craquant très rapidement. Une connaissance qui vaut des milliards, des centaines de milliards...

Loin d'un récit austère criblé de maths et de développements pour spécialistes, L'Homme qui valait des milliards, nous plonge dans le destin de personnages ordinaires qui se servent de leurs compétences pour explorer des domaines qui devraient leur amener la satisfaction personnelle et rester sans danger. Mais leur vie ordinaire va basculer, et ils se voient plongés dan un monde mystérieux, plein de violence et dont ils deviennent soudainement le gibier. De désabusé et un peu reclus, Jean-Claude Bauduer va devoir se transformer lentement en homme d'action malgré lui, aidé parfois d'un seul ami, ancien légionnaire. Face aux tueurs et aux meurtre sanglant... Face à l'avidité d'un malfrat Russe prêt à tout...

Ce roman assez court, en forme de thriller, nerveux par son découpage et par l'accumulation de séquences intrigantes, véhicule une violence voilée jusqu'à sa véritable explosion qui fait tout basculer vers l'angoisse ouverte et la mort. Et capte son lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher.
Alternant les récits tels que vécus par divers narrateurs, tous protagonistes du roman, construisant un personnage central plein de contradictions sous son apparent défaitisme, François Darnaudet en profite aussi pour régler quelques comptes avec l'Education Nationale et autres fantaisies bureaucratiques. L'auteur a aussi parsemé
L'Homme qui valait des milliards de beaucoup de choses qui sont à son image, et dont il se sert à très bon escient, étant lui-même prof de maths, physicien-mécanicien et originaire du Bordelais, ainsi que d'autres éléments plus personnels.

Un roman attachant, supporté par les conventions du thriller, avec des arrière-goûts de polar à la française. Il mènera sans problème les lecteurs amateurs de thrillers, et tous les autres, jusqu'à sa conclusion en forme de pied-de-nez semi-ironique.
Pourquoi se refuser ce plaisir ?

EB  (avril 2016)

(*) Nombre premier : qui ne peut être divisé que par 1 et par lui-même... Exemple : 3,5,7...31. Il existe des formules assez simples pour les calculer (partiellement), mais cela s'arrête-t-il à un nombre non encore déterminé ou cela continue-t-il à l'infini ?? C'est le problème non complètement résolu actuellement
Il faut se rappeler que tout cryptage efficace se base sur une séquence d'événements surgis du hasard (comme une suite de chiffres pris arbitrairement, par ex.) Mais dans notre monde rien n'est plus difficile (voire impossible si cette suite s'allonge de plus en plus) que de créer du hasard théorique pur, car des séries répétitives d'événement arbitraires découlant de notre réel imparfait surgiront dans la suite créée (le dé n'est pas parfait, la roulette de casino ne l'est pas...etc et influencent la longue suite des résultats) et des défauts surviendront toujours, créant des séries détectables et répétitives sur des suites longues de 'hasard créé' ce qui facilite le décodage complexe par leur repérage. Actuellement, les clés de codage se basent sur des combinaisons de nombres premiers énormes dans des algorithmes complexes et elles ont fait reculer la possibilité de décodage rapide, même avec ordinateurs.

(**) équation de Navier-Stokes : système de 3 équations simultanées qui doivent décrire des phénomènes physiques courants mais qui peuvent être turbulents ('irréguliers', chaotiques) et résoudre les problèmes d'écoulement des fluides de tous types et dans toutes les conditions. Mais elles n'offrent pas de solution directe pour tous les cas et on ne sait pas démontrer qu'elles ne s'appliquent pas (dit rapidement et à très grands traits) ; et c'est là que réside l'énigme mathématique non résolue et qui est aussi dans la liste. Même si les ingénieurs s'en servent partiellement et journellement dans leurs calculs de cas très concrets.


(c) Copyright 20016 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

François Darnaudet - L(homme qui valait des milliards
 
 



































Listes livres
 
 
 

 


 

C'est  l'histoire de la Série Noire    

 -    1945 - 2015

Franck Lhomeau et Alban Cerisier (Collectif)
Albums Beaux Livres - Gallimard - 2015   
 
 

Il était temps !!
70 ans après sa fondation, Gallimard, l'éditeur qui a publié la mythique « Série Noire » dès 1945, sort de son mutisme éditorial pour enfin lui consacrer un ouvrage digne de la place qu'occupe la SN dans la littérature policière publiée en France. Et plus encore de son rôle historique de courroie de transmission du roman noir, d'abord américain (via le hardboiled des grands fondateurs relayé par des auteurs moins connus mais tout aussi efficaces) et de support de la prolongation du roman noir à la française, un peu plus tard.
Car si l'initiateur de l'idée, Marcel Duhamel, a souvent eu les mains presque libres chez Gallimard pour diriger sa célèbre collection -dont le succès (et les tirages) ne fit que croire jusqu'à la fin de années 1970, elle fut toujours le parent légèrement méprisé de la nrf, dont les nervis zélés essayeront toujours de lui arracher le prestigieux sigle au cours des ans... considérant la Série Noire indigne de le porter, trois lettres emblématiques nrf attachées à la littérature générale française réputee de qualité.

Si C'est l'histoire de la Série Noire est une présentation réussie de la fondation et de l' évolution de la célèbre collection, de 1945 à 2015, ce volume est publié essentiellement pour commémorer les 70 ans d'existence de la Vieille Dame en Noir. Comme Gallimard a ouvert ses archives et que le directeur de cet ouvrage collectif est Franck Lhomeau, spécialiste de l'histoire des collections policières en France (comme vu précédemment dans l'excellente revue de bibliothèque Temps Noirs qui publia nombre de ses études et recherches sur le sujet et spécialement sur la SN), les détails présentés sont souvent passionnants.
On vous dira tout (ou presque) sur le cheminement de la collection mythique, de ses contacts avec les auteurs (fac-similes de lettres à l'appui), de ses errements éditoriaux face à la concurrence, et de ses nombreux succès.
Ne ratez pas par exemple pg 40, le véritable manifeste publié par Duhamel sur les jaquettes des Série Noire de la première heure. Une déclaration d'intention pour sa collection, une mise en garde : ce ne sera pas du Sherlock Holmes, le détective dans les SN ne résoudra peut-être pas le mystère, si il y en a un ! Attendez-vous à de l'action violente et à des ébats amoureux 'bestiaux' (entendez : naturaliste...), on y présentera le roman noir, policier et peut-être humoristique mais alors avec un humour de la même couleur... Tout est dit.

Si dans cette Histoire... on cite de grands noms d'auteurs publiés par Duhamel, ou les plus intéressants de ceux du second rayon, il est sous-entendu que le lecteur possède les rudiments qui lui permettent de connaître la valeur des auteurs emblématiques, car à aucun moment, cette étude détaillée ne fait de la présentation d'auteurs ou des critiques de romans (ce qui n'est pas son but, d'ailleurs!).
Certains chapitres présentent les films qui découlent de romans que la SN publia, du célébrissime
Touchez pas au grisbi de Jacques Becker , en passant par les films tirés de Manchette, et sans oublier les exceptionnelles adaptations de José Giovanni par Melville et Sautet. Ou les innombrables films tirés de maîtres américains du roman noir policier.
Ajoutez affiches et feuillets publicitaires, bandeaux et catalogues que publia la SN pour sa promotion, notes de service entre la direction et Duhamel, couvertures SN à profusion, maquettes graphiques de leurs projets de couv, photos... et j'en passe, et vous aurez une idée de la richesse documentaire des illustrations de ce volume de grandes dimensions totalisant 264 pages. (*) Et vendu à un prix tout à fait abordable malgré la très bonne qualité de réalisation offerte (prix de l'ordre d'un roman en première publication).

Si on y trouve dans les annexes la bienvenue liste complète des publications SN jusqu'à 2015 compris, on regrettera par contre de ne pas y trouver un index des auteurs et des personnalités citées tout au long de ces pages.
Mais C'est l'histoire de la Série Noire reste un ouvrage indispensable à tous les amateurs de littérature noire, de l'amateur vraiment éclairé au passionné du genre. Une étude intéressante où, à côté d'un texte de grande tenue, l'iconographie abondante et bien choisie se révèle être un petit trésor.
En ces temps actuels, où, malgré des choix éditoriaux éclaires, Gallimard semble encombré par cette collection en perte d'identité et de lectorat, engoncée dans de rares et chers volumes à la présentation s'alignant sur les autres éditeurs, il est bon pour tous de rappeler ce Voyage au bout du Noir qu'est l'histoire de la vraie Série Noire.

Vivement recommandé !


EB (mars 2016)

(*) Gallimard a mis en ligne un excellent petit dossier, reprenant l'évolution de la présentation des volumes de la SN depuis 1945, avec les dates importantes et les titres emblématiques pour celles-ci. Vous le trouverez à (lien raccourci - fonctionnel) http://miniurl.be/r-1423

Note : vous trouverez aussi dans nos pages ''Références'' de Polar Noir quelques-uns des ouvrages et revues les plus marquants consacrés à la Série Noire


(c) Copyright 2016 E.Borgers 

Retour vers sommaire PN    >>>

Retour vers la liste des livres  >>>

 


 
 
 


 
 
 
 
 

Collectif - C'est l'histoire de la Série Noire
 
 























Listes livres
 
 
 

 


 

                                                                                                                                             Autres livres >> 


Mise à jour: 30 avril 2016