livres
 
 
1974

(Nineteen Seventy Four - 1999)

David Peace
Rivages/Thriller - 2001
 

David Peace amorce avec ce roman son "quartet" consacré au West Yorkshire des années 1970-80, cette région du nord de l'Angleterre qui fit face à de nombreuses difficultés sociales et économiques dans la décennie assez dévastatrice que connut le Royaume-Uni durant cette période(voir note ci-contre).
Comme si le désastre social n'était pas suffisant, Leeds, la grande ville, et sa région connaîtront la peur viscérale créée par une série de meurtres inexpliqués qui semblaient toucher des femmes et des filles de tous milieux.
Ce fut la panique du "Yorkshire Ripper" (l'éventreur du Yorkshire)(*).
C'est ce fait authentique qui marqua toute une région qui sert de base au roman de Peace, tout en n'en faisant pas un catalogue de descriptions des crimes ni une banale investigation policière parsemée de gore, comme nous ont servis trop souvent nombre de tâcherons du roman criminel qui sacrifiaient à la mode du "serial killer" durant ces dernières années...

Dans 1974, on assiste a une enquête de Edward  Dunford, jeune journaliste de l' Evening Post, qui reliera le meurtre d'une petite fille à deux autres meurtres qui furent commis dans la même région quelques années auparavant.
Le roman prend la forme d'un récit vécu par le journaliste, raconté en temps quasi-réel par cet enquêteur non-officiel. Il s'enfoncera loin dans le malheur de certaines familles, essayant de faire revivre des événements que beaucoup tentent d'oublier  et que certains milieux  nieront avec véhémence. 
Sa rencontre avec le mal sous sa forme la plus pernicieuse, alliée de l'autorité et de la puissance en place, broiera Edward Dunford qui se sentira obligé de poursuivre sa quête impossible, envers et contre tous. Pour essayer de conserver sa propre dignité.
Mais il n'est pas un héros inaltérable ni un surhomme et il sera englouti par un système qui ne peut que générer le désespoir et la mort ...

Le roman de David Peace nous fait littéralement plonger avec son personnage vers des noirceurs sans fond, et dans l'horreur organisée par une société corrompue dont le corps social gangrené glacera encore plus que les horreurs perpétrées par le (ou les) meurtrier(s).
Le réalisme que 1974 distille tout au long du récit, très vériste par le ton, est fortement  onirique, émanation du cauchemar  virant à l'insoutenable raconté par le personnage central. Le lecteur ne pourra  en  sortir  que secoué, voire marqué.

Le découpage et le hachage du récit, peu courants dans la littérature noire,  participent pleinement à la réussite de ce livre. L'induction créée par ce type d'écriture est grande et travaille en direct sur le lecteur. Certains y verront peut-être un obstacle, mais le procédé appliqué (qui est peu répétitif) enrichit sans aucun doute ce récit d'une noirceur désespérée. Une réussite.
Par ailleurs, le désespoir et la noirceur de 1974 appartiennent sans aucun doute au territoire que Robin Cook, ce grand romancier anglais, a défriché avec obstination. Les deux écrivains, Peace et Cook, pourchassent le mal sur son propre terrain, et parviennent à nous le montrer débusqué, grimaçant et immonde. Mais, si l'exploration est similaire, Peace, heureusement ne répète ni les outrances ni l'écriture de Robin Cook.

Je serai un peu plus réservé quant à l'attitude de David Peace qui se déclare personnellement obsédé par ces meurtres du Yorkshire depuis l'âge de 10 ans. Cela me rappelle un peu trop les obsessions du Grand James et de son Dahlia vénéneux... Mais je lui laisse le bénéfice du doute, et espère que Peace ne se croit pas obligé de singer le parcours de James Ellroy pour se faire crédible ( déclarations faites en dehors du roman, dans ses interviews, interventions... etc).
La suite de la tétralogie(**) sera le seul vrai test qui pourra nous confirmer l'apparition d'un grand auteur.

A lire! 

EB (mai 2003)

(c) Copyright 2003 E.Borgers



* Yorkshire Ripper : pour ceux qui lisent l'anglais se reporter par exemple au site Web The Real Yorkshire Ripper pour découvrir les détails de cette saga pleine d'horreur et de corruption. 
De nombreux autres sites traitant de ce sujet scabreux sont disponibles, vu l'impact de ces crimes sur le public anglais
Retour texte ^^^
** tétralogie :  qui existe maintenant au complet, en anglais, sous le nom de "Red Riding Quartet" et qui comprend 4 tomes: "1974 - 1977 - 1980 et 1983".     Retour texte ^^^ 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

1974 - David Peace
 
 
 

période noire pour le Royaume-Uni ...

La période examinée par David Peace commence alors qu'une crise économique grave frappe toute l'Europe (amorcée par le fameux premier choc pétrolier), et plus particulièrement la Grande Bretagne.

1973: la Grande- Bretagne rejoint la Communauté Européenne
1974, c'est la dernière année du gouvernement conservateur d'Edward Heath en GB qui, par ses erreurs, amènera la gauche au pouvoir durant les 4 années suivantes. Mais, le démantèlement social sauvage et volontaire sera organisé plus tard de 1979 à 1990 par Margaret Tatcher et la clique politico-capitaliste de droite qu'elle représentait. 
Onze année de régression sociale et de mise en coupe sombre des ressources du pays. 
Les prolongements et les abus de ce système sont toujours en action aujourd'hui en GB et ont gangrené l'Union Européenne, cet organe abusif qui n'est depuis sa fondation qu'une association de marchands de tapis, vide de vision sociale et de développement humain comme on le sait. Union dont les consistoires non-élus répercutent ouvertement une idéologie similaire et destructrice via des décrets impératifs que les gouvernements des pays membres s'empressent de relayer, sous prétexte de "libéralisme" et de lois "naturelles". En toute impunité et opacité. Au service exclusif  de la clique exerçant le réel pouvoir, en dehors du champ politique, par sa puissance financière non contrôlée, et qui se prétend mondialiste.

E.B.   clickretour texte ^

Listes livres
 

 


 
 
 
 
Une petite douceur meurtrière

Nadine Monfils
SN 2382- Gallimard- 1995
 

Avec Une petites douceur meurtrière, Nadine Monfils signait sa première participation à la Série Noire alors qu'elle était déjà une écrivaine confirmée, avec des séries de contes et de nouvelles ayant eu un certain retentissement lors de leur publication, des romans et des pièces de théâtre. Le tout appartenant à la littérature générale.

Dans le présent roman, on  retrouve les tendances habituelles de Nadine Monfils à décrire des mondes proches de l'imaginaire, y mêlant une touche prononcée de fantastique et de surréalisme, le tout baignant dans l'ironie.
Mais, ici  l'ironie vire assez vite au noir dans des séquences morbides et allumées qui se bousculent pour former un récit flirtant avec l'horreur froide dans un univers à tendances shizophréniques. Le tout sur un accompagnement de S-M-N (sado-maso-noir).... Et saupoudré d'érotisme glacé.
Tout le récit est imprégné d'une atmosphère de conte faussement réaliste, dans laquelle même les comportements des animaux dérapent et n'ont rien à envier à ceux des humains ravagés, menteurs et tueurs qu'ils rencontrent. 
Un univers en folie!
Les vieilles dames s'y enivrent de bières trappistes, les rats y sont motivés par des vengeances glauques, les jeunes y finissent dépecés, les inspecteurs de police y demeurent vierges, les pères de famille y sont de vrais obsédés sexuels... 
Est-ce bien sérieux tout ça ??

Une petites douceur meurtrière, tout le charme du macabre provincial.
À lire!

PS:
voir aussi nos commentaires concernant Monsieur Emile, autre réussite de Nadine Monfils à la SN.

EB  (mai 2003)

(c) Copyright 2003 E.Borgers


 


 
 
 
 
 
 
 
 

Une petite douceur meurtrière -Nadine Monfils
 
 

















Listes livres

 


 
 
 
 
Tchatcha Nouga
 

Tito Topin
SN 1982 - Gallimard - 1984
 
 

Tchatcha Nouga est le dernier roman mettant en scène le commissaire Emile Gonzalès, personnage récurrent de Tito Topin.
Ce  flic atypique était apparu pour la première fois dans Graffiti rock, premier roman de Topin  à la Série Noire. On le retrouvera dans ses romans suivants, mais n'évoluant pas nécessairement dans l'ordre chronologique de sa vie au fil des publications. Voir, par exemple, 55 de fièvre, où le jeune Gonzalès, personnage secondaire, n'était qu'un simple policier en uniforme en 1955 dans un Maroc encore sous contrôle français. 

Natacha Nougaro, jeune femme appelée Tchatcha Nouga par ses amis,  réapparaît dans la vie de Gonzalès dans des circonstances assez délicates: avec un groupe de truands, elle projette un hold-up dans la grande surface appartenant à son père.
Gonzalès essayera tout ce qui est en son pouvoir pour qu'elle n'y participe pas, tout en laissant une chance à la police de coincer la bande qui doit aider Natacha pour le braquage.
Mais il y a aussi ces jeunes anarchisants qui veulent transformer en happening les funérailles d'un général, ou ce petit escroc combinard qui met les pieds où il n'aurait pas dû... et ce sera un hasard mortel qui réunira tout ce petit monde dans une grande finale allumée, shakespirienne et noire. 

Tchatcha Nougat, dernier roman de Tito Topin à la SN, est beaucoup plus noir qu'à l'accoutumé avec cet auteur. Le carambolage des destinées de personnages souvent liés se terminera par plusieurs carnages et laissera Gonzalès encore plus désemparé que d'habitude.
L'humour de Topin y est certes noir, souvent pure émanation de situations grinçantes, mais on hésite cependant à utiliser le qualificatif de farfelu devant ces tableautins infernaux. 
Un cinéma du diable...
 

EB  (mai 2003)

(c) Copyright 2003 E.Borgers


 


 
 
 
 
 
 
 

Tchatcha Nouga - Tito Topin
 
 





















Listes livres
 
 
 

 


 
 

                                                                                                                                                        Autres livres >> 


Mise à jour: 26 mai  2003 1