livres
 
 
Bellini et le démon   

(Bellini e o  demônio - 1997)

Tony Bellotto
Actes Noirs -Actes Sud - 2007
 

Remo Bellini travaille comme détective pour un bureau de recherches  à São Paulo cette métropole brésilienne tentaculaire, capitale industrielle et commerciale du Brésil, aux quartiers  interlopes voisinant le luxe le plus insultant.
Sa patronne, la rigide Lobo va le désigner comme assistant à un détective privé américain qui a été chargé d’une enquête peu banale : retrouver un manuscrit volé à Dashiell Hammett en 1939 et qui aurait été ensuite en possession d’un riche oisif brésilien. Sur ce maigre indice Bellini va cependant rassembler toutes les ressources dont il peut faire preuve pour seconder l’Américain qui n’est pas vraiment du genre rigolo ou dissipé. Boulot-boulot, rien d’autre. Il est aussi un peu seul, Bellini, même son meilleur ami, Lazare, l’a laissé tomber et les jolies filles à fortes poitrines ne semblent plus s’intéresser à lui. Mais il se console en buvant le whisky de la patronne, en écoutant du blues partout où il le peut, le vrai blues, celui des noirs, bien rauque et au son cradingue.
Il connaît bien sa ville et ses quartiers pourris, et si on le prend pour un flic ou un avocat pendant ses pérégrinations, cela l’aide plutôt, même s’il n’apprécie pas. Lorsqu’une lueur de possibilité semble se présenter, ce sera grâce à lui qu’on progresse, malgré le rigide privé Américain qui semble se réserver les meilleurs morceaux à renifler.
Lobo va se tirer lui laissant l’agence sur le dos pour une ou deux semaines, lorsque l’affaire du manuscrit est presque résolue. C’est alors que se présent la belle journaliste et son affaire d’adolescente abattue dans son école. Les journaux en étaient pleins, la police tenait un suspect bien conforme, mais la belle Gala est convaincue qu’on se trompe et veut l’aide de l’agence pour continuer ses investigations journalistiques. Ce sera souvent à deux, elle et Bellini, qu’ils vont suivre plusieurs pistes partant de l’école, depuis des pions distributeurs de dope, en passant par un prof indélicat ou des élèves en rapport avec la jeune fille assassinée. Rien ne concorde, rien n’avance. Mais Bellini, sans nouvelles de Lobo, se lance tête baissée dans l’enquête. Et sa vie va s’animer.  Pour autant qu’elle dure…

Sur fond de Brésil journalier, on assiste en fait dans  Bellini et le démon  à deux enquêtes du privé Bellini, le tout arrosé de flots de café, de plats de viandes bien saignantes comme il les aime, amateur de prose hard-boiled et behaviouriste de la grande tradition, ne ratant jamais l’occasion de s’envoyer une bière ou un scotch, hyper-attiré par les femmes tout en connaissant ses limites. Mais… seul, désespérément seul. Un vrai contretype made in Brésil du privé américain traditionnel, envahi par des crises de mélancolie, trimballant une bonne dose de sarcasmes et d’autodérision, un peu brouillon, et terriblement acharné. Si la conclusion de l’histoire du manuscrit volé est sauvée par l’ironie, elle reste assez mince, tandis que le point final de la recherche du coupable de l’assassinat est nettement plus dur, mais sacrifie à certains clichés du genre, que cela ne vous empêche surtout pas de faire connaissance avec ce privé venu d’ailleurs dans un roman où on ne s’ennuie vraiment pas, d’une lecture agréable et prenante. Avec une technique d’écriture plus aboutie qu’il n’y paraît et des dialogues extrêmement bien construits et savoureux. 
Un plaisir simple qui ne se refuse pas.

Note sur Bellotto et Bellini
Bellini et le démon  est le second des trois romans consacrés à Bellini, le premier (et le seul à l’heure actuelle)à être traduit en français. L’auteur, Tony Bellotto, est connu au Brésil comme guitariste et compositeur. Par ailleurs, le premier Bellini « Bellini et le sphinx » (Bellini e a esfinge -1995) a été assez bien accueilli et a donné lieu en 2001 à un  film  portant le même titre ; un film dont une partie de la musique est de Bellotto.
Le troisième roman, « Bellini et les esprits » (Bellini e os espíritos) date de 2005. EB

 

EB (septembre 2007)

(c) Copyright 2007 E.Borgers



 
 
 
 
 
 
 
 

Tony Bellotto -  Bellini et le démon
 
 











































Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 
Babylone dream    
 

Nadine Monfils
Belfond - 2007

 
 

Une grande ville où les habitants ont des patronymes anglo-saxons, où les meurtriers en série ont une culture artistique évidente, où les jeunes mariées sont explosées, où les arbres sont les prolongations des morts et où rien ne semble fonctionner comme ailleurs, c’est Pandore.
Dans ce contexte, Nicki Silver, profiler extra-lucide aidée de son éléphant en peluche rouge, va seconder l’inspecteur Lynch pour déchiffrer les pistes qui devraient mener à un tueur en série qui ne laisse aucune trace si ce ne sont ses victimes démembrées, déchiquetées, dans des mises en scène grotesques et macabres qui sont de l’horreur pure.
Un chat mystérieux, un ou plusieurs cinglés, des vieilles dames hors du temps et de leurs godasses, des noms qui rappellent des contes et légendes, des mères de famille qui sont plus mystérieuses qu’un thriller, un hasard qui est plus téléguidé qu’une télé-réalité…

Les bras vous en tombent ? Vous avez raison, car vous n’avez pas encore tout vu, ou plutôt lu : Nadine Monfils nous revient en force avec un roman en forme de conte cruel surréaliste dont elle a le secret.  Babylone dream  ne peut se raconter en détail sans dommage pour le futur lecteur. Celui-ci doit s’attendre à un humour noir flirtant avec le fantastique, au gore flirtant avec le conte pour enfant devenu adulte, le tout faisant appel à la symbolique du double sous toutes ses formes. Quelques réminiscences des mythes créés par Charles L. Dodgson pour les petites filles sages parsèment l’itinéraire irréel et sanglant que nous décrit l’auteure tout en nous faisant passer de l’autre côté d’un miroir sans tain. Et par la mémoire schizophrène qui hante d’anciens enfants. Si on y ajoute la transgression appliquée à tous les domaines, un fond de noir gothique et un ton de narration  qui semble couler de source, on aura fait le tour de ce que ce roman offrira au futur lecteur. Le plaisir de lecture en sus.

EB  (août 2007)
 

(c) Copyright 2007 E.Borgers


 


 





  

Nadine Monfils - Babylone dream
 
 

















Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Qui sème le vent...    

(What Goes Around Comes Around - 2005)

Cornelius Lehane
Rivages/noir n° 656 - Éditions Payot & Rivages - 2007

 

Deuxième roman qui met en scène un barman opérant à New York, Brian McNulty et qui démarre alors que ce dernier reprend son poste dans le bar d’un hôtel de luxe, après avoir eu recours àson  syndicat. Car Brian est syndicaliste et dès lors est la cible d’un certain harcèlement de la part des cadres subalternes des établissements où il opère. Mais s’il pensait avoir difficile à se reclasser définitivement dans ces emplois recherchés, il ne s’attendait pas à retrouver dans la hiérarchie de la gestion des bars de la chaîne d’hôtel deux de ses anciens amis proches : Greg et John. C’est surtout John qui l’aidera, le « protégera » carrément, ce John Wolinski qui a réussi et qui a un poste de dirigeant. Reclassé par John dans un établissement de luxe séparé, aux côté de Greg, Brian se retrouve cadre subalterne à son tour. Il n’aime pas trop, mais au moins il reste dans son élément : les bars et leur gestion.
Tout basculera lorsqu’il apprend la disparition de Greg, après sa découverte du cadavre d’un homme que Brian et lui ont connu dans le passé, et ce dans un endroit tout proche de l’établissement où Brian est censé travailler. Il va, avec l’aide de John, essayer de savoir où est passé Greg, car après quelques jours il est de plus en plus certain que la disparition de Greg est liée au meurtre que la police ne parvient pas à élucider.
Assez vite, des indices concernant Brian renvoient vers Atlantic City, où il y a très longtemps lui, John et Greg ont exercé leur métier de barmen, et où c’était cimentée leur amitié.
C’était longtemps avant New York, longtemps avant sa quarantaine actuelle déjà bien entamée, avant son mariage défait, c’était quand John vivait assez heureux, et passablement sous la coupe de John, ce grand séducteur pragmatique, celui qui arrangeait si bien les choses en cas d’accroc.
Cette fois, les accrocs sont majeurs, et si Brian se fait tirer dessus, c’est parce qu’il tourne en rond dans sa recherche de Greg et d’une explication. Mais John veille, comme par le passé et Brian, s’il est un peu rassuré, ne se sent pas à l’aise. Ni dans son rôle d’enquêteur malgré lui, ni face à ses démons du passé made in Atlantic City, ni se doutant que John lui cache des choses peu reluisantes. Lui, ou son malfrat de père, Charlie Wolinski, ou encore d’autres qui sont à la solde de John. La vie est comme ça, Brian le sait bien : la vie réelle n’est pas une foire aux cadeaux et les barmen traficotent tous un peu, c’est un fait évident : ils sont assez démerdeurs, question de survie dans des grandes villes comme New York ou dans celles où le fric circule vite comme Atlantic City et ses casinos… Mais cette fois-ci l’un d’eux a essayé de trafiquer avec la mort. Et il a perdu.

Long roman assez touffu, Qui sème le vent…  est entièrement centré autour de Brian McNulty dans un récit fait à la première personne par ce dernier. Le personnage est assez éloigné des clichés de l’enquêteur habituel, même occasionnel, emmené dans une course à la vérité. Brian est avant tout un homme ordinaire qui n’est à l’aise que dans son métier ou les choses qu’il connaît. Ses relations sont épisodiques, parfois chaotiques, embarqué malgré lui dans des événements qui le dépassent… comme dans la vie ordinaire. Il ne se découvre pas une âme de héros vengeur, il se trompe, se laisse mener par le bout du nez, patauge dans sa vie privée et en général. Pour achever le tableau, le seul point vraiment atypique est son père, ancien journaliste, communiste de l’époque McCarthy, qui n’a jamais renié sa recherche de la justice sociale ; il faut savoir qu’être « radical », et encore plus s’avouer communiste et militer, dans les années 1950 aux USA, c’était aussi anormal et inhabituel, atypique pour les USA, qu’un politicien honnête. Et beaucoup plus dangereux.
De ce père Brian a hérité un sens aigu de l’injustice sociale, d’appartenance de classe, de recherche de la justice. Il y croit, il s’y accroche, tout comme à l’amitié. Mais toutes ses valeurs le desservent plus souvent qu’elles ne l’aident. Dans les crises, il s’y accrochera fermement et avec une obstination certaine, tout en sachant que la société laisse peu de place pour de telles approches. Une certaine forme de justice lui semble encore nécessaire, même s’il doit se compromettre pour la faire appliquer, même si ses moyens sont limités, même s’il n’est pas un aigle, ni un héros…

 Dans ce roman, Cornélius Lehane (à ne pas confondre avec l’autre, Dennis) nous décrit très bien l’envers du décor de ces hôtels et bars luxueux, et des autres, la vie des rues de New York avec son mélange incroyable. Mélange social allant de la misère absolue au luxe le plus insolant, de l’escroc à l’arriviste en passant par le yuppie, mélange de races dans des quartiers tels que le Bronx. Embarquant d’ailleurs Africains et  Chiliens dans son récit, il nous fait  plonger dans le ventre de la Métropole, dans ces quartiers oubliés mais bien vivants,  nous le faisant aussi découvrir la nuit lorsqu’il est nimbé d’une dangerosité qui n’a pas de répit.
La longueur du roman permet à Lehane a bien nous faire sentir l’incohérence, les errements, les ratages et les hésitations de son personnage principal, homme ordinaire avant tout. Cependant, le milieu du récit connaît un baisse de régime, et il aurait gagné a être plus ramassé, voire même élagué, et ceci ne lui aurait pas fait perdre l’effet de piétinement voulu par l’auteur. Malgré cette réserve mineure,  Qui sème le vent…  reste un roman attachant, assez sombre par ses manipulations de relations affectives dévoyées, détournées : de l’amour à l’amitié, en passant par les relations filiales.
Cornelius Lehane : un auteur à suivre.

 

EB  (septembre 2007)

(c) Copyright 2007 E.Borgers


 


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Cornelius Lehane - Qui sème le vent...
 
 
































Listes livres
   

 


 
 
 

                                                                                                                                            Autres livres >> 


Mise à jour: 29 septembre 2007
1