livres
 
 
Big Jane 
 

Michael Cimino
La Noire - Gallimard - 2001
 
 

Jane Kiernan, surnommée Big Jane vu sa haute taille et en contraste avec celle de son père, quittera la banlieue de Long Island où elle réside, attirée par Billy, sorte de chevalier errant du début des années 50. Billy et Jane ont tous deux 19 ans et sont tous deux issus de milieux de travailleurs. Elle se cherche une vie qu'elle ne peut que concevoir "ailleurs", et Billy, tout en composant des chansons  ayant un contexte Country proche de celles issues du  folklore des classes défavorisées, sait qu'il n'appartient à aucun des lieux qu'il traverse.
C'est sur l'Indian Four de Billy, moto d'un modèle datant des années 40, qu'ils traverseront les USA de part en part, d'Est en Ouest, pour aboutir aux portes de la Californie. 
La longue fuite en avant  de Big Jane  passera finalement par la Corée en guerre, les épreuves de la mort et les caprices du destin, et  se terminera par la découverte la plus importante: être elle-même.

Ce court roman , "road novel" par son contenu,  est avant tout un récit quasi allégorique, avec une  première  partie du récit très proche du conte (ou mieux: de la ballade) et rythmée par les textes de chansons qui y sont intercalés.
Michael Cimino a dans ce livre repris à son compte la nostalgie américaine de l'innocence perdue, innocence qui se traduit par la liberté d'évoluer dans les espaces infinis, de rester proche de ceux qui vivent avec et par la nature, de refuser le mensonge clinquant et mortel des grandes villes... Tous ces  éléments qui sont les seuls garants de la vraie liberté et de l'innocence retrouvée.
Roman intéressant, court et incisif, dont l'écriture nous laisse entrevoir les possibilités de ce nouveau venu dans le roman américain. A suivre.
(Il semble par ailleurs que ce livre- qui par bien des aspects ressemble à un projet de scénario- fut publié en France en premier lieu, avant les USA).

A ne pas oublier, Michael Cimino, l'auteur de Big Jane, est bien le cinéaste qui a réalisé (entre autres) deux formidables films noirs modernes: L'Année du dragon (1985) et Heaven's Gate (1980)...

EB (jan 2002)


PS: 
Deux films descendus en flammes par une critique américaine aveugle et proche du gâtisme! Au point d'en faire des flops commerciaux et de jeter l'anathème sur le réalisateur dont plus personne ne veut à Hollywood.
Chez nous, seul "L'année du dragon" a du subir les procès d'intention d'une certaine critique bêlante toujours prête à démontrer son orthodoxie mal placée et sa myopie de taupe Oubliez-la et voyez le film!

(c) Copyright 2002 E.Borgers


LIENS
Indian Four : la moto des années 40- 4 cylindres 4 temps; 
pour la voir dans la même couleur que celle de Billy, mais ici avec side-car, reportez vous à cette photo d'enchères

 


 
 
 
 
 
 

Michael Cimino - Big Jane
 
 






























Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Trinités 

(Trinities -1994)

Nick Tosches
La Noire -Gallimard - 1996
(fut republié par J'ai Lu)
 
 

Johnny Di Pietro, second couteau dans une branche de la Mafia à New York, se voit convoqué par son oncle Joe, Giuseppe Di Pietro,  un des Dons survivants de l'ancienne école sicilienne. Jusqu'alors Giuseppe Di Pietro n'avait jamais manifesté un réel intérêt à l'encontre de son neveu, mais tout semble avoir changé:  l'oncle Joe  demande l'aide directe de Johnny et veut en faire un de ses adjoints, car il croit avoir vu une ouverture vers les groupes chinois de banditisme organisé, les Triades, groupes qui contrôlent la quasi totalité du commerce de l'héroïne mondial et toute l'importation vers les USA.
Joe Di Pietro, malgré son grand âge, veut reprendre en main la distribution de l'héroïne aux USA, avec l'aide de deux associés amis de longue date, et en se servant de Johnny  pour les tractations avec les chinois.

Sachant que la distribution finale de la drogue se fait par les gangs qui contrôlent la rue, qu'ils soient chinois, porto-ricains, nigérians, russes, noirs américains ou autres, et sachant aussi que ce qui reste de la Mafia est en fait un des clients principaux des Triades, le vieux Di Pietro va semer la panique en ordonnant  des attaques et sabotages dirigés vers les dealers et certaines de leurs sources immédiates, jusqu'à rendre la vente de l'héroïne impossible dans les rues de New-York et de quelques autres villes américaines. Ce qui déclenchera une guerre de gangs furieuse et une confusion portée à son comble: tout le monde est touché et les revanches aveugles ne font qu'aggraver le chaos. 
Johnny de son côté est chargé de négocier avec les dirigeants chinois du commerce de la drogue, dirigeants qui contrôlent les Triades de Hong Kong, de la Chine continentale et du reste du monde. Sans parler des centres de production répartis en Asie... 
S'ils gagnent la confiance des Triades, les Di Pietro et leurs associés contrôleront l'entièreté des importations clandestines d'héroïne vers les USA.
Les milliards de dollars en jeu et les avancées dans lesquelles tout le monde veut entourlouper tout le monde  rendront le jeu encore plus dangereux  que prévu.  Tout se transformera vite en une saga remplie de sang, de trahison et de cruauté. 

Long roman de Nick Tosches (500 pages) dans la tradition américaine, et qui rappelle la construction et le débit du "Parrain" de Mario Puzo. 
Les milieux dans lesquels évoluent triades chinoises, Mafia italienne et autres groupes impliqués sont très bien décrits et documentés  en détail; ces descriptions, aussi intéressantes soient-elles, sont cependant assez envahissantes que pour tourner à la digression et ralentir l'intrigue de base. Une bonne centaine de pages auraient pu être éliminées sans rien enlever à la qualité et à l'intérêt de cette fresque consacrée à la mondialisation du banditisme moderne.
Trinités reste cependant un très bon récit ainsi qu'une étude implacable du pouvoir et de ceux qui le détiennent, avec un Johnny Di Pietro  écartelé entre ce qu'il se rappelle de son humanité et la désincarnation que lui impose son statut d'ange de la Mort.

EB  (dec 2001)

(c) Copyright 2001 E.Borgers


 


 
 
 
 
 
 

Nick Tosches - Trinités
 
 






































Listes livres
 
 
 

 


 
 
 
 

Un gros besoin d'amour
 

Tito Topin
LP No 6750 -1990  (Grasset- 1988)
 
 

William et Robert, petits voleurs sans envergure qui rêvent d'argent,  planifient un braquage de banque et... tout marche comme sur des roulettes,  même trop bien! Trop facile! A un détail près: on les recherche maintenant  comme étant deux terroristes arabes très dangereux..
Ils n'en reviennent pas, d'autant plus que Robert se nomme Slowacki et est polonais pur teint comme le lui rappelle en permanence sa maman, et  que son copain William qui est le compagnon de Sonia- la soeur de Robert, dont il attend un fils pour très bientôt-  serait plutôt de confession juive, et il s'appelle Bellaroch...
Bientôt les deux compères auront tout le monde à leurs trousses: la police et le commissaire Sépulchre, un juge,  certains services ministériels, une association défendant la libération de l'Arménie, des Libanais, le pote de Sépulchre qui tout à coup se transforme en chasseur de trésor... Mais, au coeur de la traque  le butin des deux malfrats ne fait qu'augmenter et les explosifs fleurissent sous leurs pas! 

Vous ne comprenez rien de ce qui arrive à  ces deux terroristes malgré eux? Rassurez-vous: eux non plus!!

Le roman de Tito Topin, vraie parodie de polar agité- le genre qui mélange noir et action- se lit avec jubilation, et éveille immanquablement des sourires sardoniques en  écho au cynisme "en mineur" qu'y a mis l'auteur.
Récit mené à un rythme de F1, comédie des erreurs échevelée et humour cynique sous-jacent font de ce petit polar une plaisante réussite.
Nous comprenons qu'il ait reçu le Grand Prix de Littérature Policière en 1989 !

EB  (nov 2001)

(c) Copyright 2001 E.Borgers


 


 
 
 
 
 
 
 
 

Tito Topin - Un gros besoin d'amour
 
 












Listes livres
 
 
 

 

                                                                                                                                                        Autres livres >> 


Mise à jour: 10 janvrier  2002 1