CANAL NOIR



 
 
 
 
 
 
       PASCALE FONTENEAU

            OU  L'HORREUR DU ROSE
 
 

Son dernier roman paru dans la Série Noire, "La Vanité des Pions", se passe à Bruxelles et met en scène affairistes, politiciens et flics, tous se démenant à qui mieux-mieux pour tirer un bénéfice personnel de la situation des sans-papiers. Le ronronnement satisfait de ce petit monde de marionnettes va s'interrompre brusquement: le manipulateur est fatigué. Lumières! ... et tout vire au noir.

Cette Française vivant en Belgique depuis son enfance n'a pu échapper à l'influence de ce pays ambigu. Sans oublier celle de Bruxelles, ville de tous les surréalismes, objet de toutes les paranoïas politiques.
Ses romans, reflet de nos sociétés distordues, à l'humour acide et sombre, virant parfois au surréel, ont tous pour point commun l'horreur du rose.

Un total de 8 livres publiés, dont 5 dans la SN et un dans la série Le Poulpe, font de Pascale Fonteneau un auteur "de la noire" à part entière.
Elle ne renie pas cette vocation comme elle  l' explique dans l'entretien que j'ai eu  avec elle en mai dernier à Bruxelles.
 

H
Comment une jeune femme vivant en Belgique devient-elle une auteur de la Série Noire?

PF
Depuis longtemps, et même depuis mon enfance, j'aime découvrir ce qu'il y a "derrière les chose". De là à imaginer des histoires, il n'y a pas bien loin à aller!
Et.. la bibliothèque de mon père était bien fournie en Série Noire, ce qui facilita mon accès à cette littérature.
J'ai commencé par écrire de courts récits, des nouvelles- certains de ces textes furent publiées par divers magazines : 813,Polar, Nouvelles Nuits ...etc. Et dans des journaux tels que: Le Soir (ndlr: premier quotidien belge), Libé. 
J'ai tenu une rubrique de présentation de polars pour une station FM universitaire... voilà comment tout s'est mis en place.
Mais c'est vrai que mon entrée à la Série Noire reste quelque chose de spécial. Tout a été déclenché par un festival consacré au polar  à  St Nazaire (France)
 

H
Il s'agissait de votre tout premier roman?

PF
Oui vraiment le tout premier: "Confidences sur l'Escalier" (ndlr: SN2294/ 1992).
A St Nazaire,  festival du polar très courru,  j'avais été invitée et c'était la joie: je cotoyais et m'entretenais avec des auteurs que je ne connaissais que sur papier.  
J'y rencontre JB Pouy qui me parle d'un sujet tiré d'un fait divers. Durant notre conversation, il me suggère de le développer pour en faire un roman, et de le soumettre à la Série Noire.
L'année suivante, durant un festival du polar qui se tenait ici à Bruxelles, et dont j'étais une des organisatrices,  je reçu le choc de  ma vie en discutant avec Patrick Raynal!  Me parlant de ses projets pour la Série Noire  il m'annonça: "...j'ai accepté le roman d'une débutante, une femme, et je viens de le programmer Mais au fait, il s'agit peut-être de vous ?".
J'étais sciée, car c'était bien de moi qu'il s'agissait!
Je fis donc partie de la toute première fournée d'écrivains sélectionnés par Patrick Raynal qui venait de reprendre la direction de la SN.
Voilà comment fut publié mon premier roman...

H
Assez étonnant , en effet. Un premier roman directement accepté par la SN, ce n'est pas courant! Mais vous avez continué avec eux, il y en a eu d'autres.

PF
Oui, il y en a maintenant 5 au total. Mais ce qui aurait du être mon quatrième roman  chez eux ne fut pas accepté. Jugé trop en dehors de la ligne SN. Pas assez noir...
Mais il fut publié chez Baleine (et repris par Folio), c'est "La Puissance du Désordre".

H
Vous avez également participé à l'aventure de la série Le Poulpe chez Baleine. Si je ne me trompe, vous êtes celle qui a écrit le premier volume de la série avec Cheryl, la petite amie de Lecouvreur/ Le Poulpe, comme personnage central?

PF
Oui, c'est vrai. En fait, JB Pouy, animateur de la série du Poulpe, voulait qu'on  donne plus de poids au personnage de Cheryl qui restait un peu en retrait dans tous les récits qui précédaient. D'où l'idée de faire une histoire où Cheryl prendrait la place centrale. Ce fut fait dans mon livre: "Les Damnés de l'Artère"

H
Et, il y eu d'autres romans qui suivirent dans  la série avec Cheryl comme personnage central. Evidemment écrits par d'autres auteurs...

PF
Comme vous le savez chaque auteur ne peut fournir qu'un seul volume pour la série du Poulpe,  en fonction des règles appliquées.
C'est vrai qu'il y a eu une exception avec Daeninckx. Après celui publié au début de la série,  il y a "Ethique en Toc" qui vient de sortir tout récemment, c'est son deuxième livre dans la série Le Poulpe.

H
Dites-moi, Pascale Fonteneau, lorsque vous écrivez, vous connaissez le dénouement de l'histoire, ou bien vous vous laissez porter par elle?

PF
Lorsque j'écris un roman, j'ai une large trame dans ma tête... et je la suis assez fidèlement. J'ai donc déjà une idée du dénouement.
Par contre, ce que je connais très vite, quasiment depuis le début, c'est la dernière phrase.

H
A cause du dénouement que vous avez prévu?

PF
Non, pas nécessairement. Dès le début je sais très exactement par quelle phrase se termine le livre...

H
"La Vanité des Pions" , votre roman qui vient d'être publié dans la SN, était prêt depuis longtemps?

PF
En fait, à la SN il faut plus ou moins deux ans entre l'acceptation du manuscrit et sa publication; ça vous donne une idée...
Mais dans le cas des "Pions", j'avais demandé à Raynal de pouvoir retravailler le manuscrit. C'était à peu près un an après sa remise.
J'avais envie de le faire se dérouler en Belgique. Patrick Raynal accepta et j'ai tout revu en fonction de ce nouveau cadre. Et voila!

H
Vous avez utilisé à plusieurs reprises un cadre belge pour vos romans. D'ailleurs, avec un titre comme: "Les Fils Perdus de Sylvie Derijke" on se doutait bien que l'auteur n'était pas parisien...

PF
Tout à fait... et j'ajouterai que j'ai eu un malin plaisir en utilisant dans ce roman des noms de personnes et de lieux à consonnance belge pour que le lecteur français trop hexagonal s'y perde.
Mais je dois aussi avouer que  j'ai de la chance: moi, femme vivant en Belgique, ne faisant partie d'aucune chapelle littéraire, n'habitant même pas le 6ème arrondissement, me voir publiée d'emblée chez Gallimard, dans leur Série Noire...
De toute façon, je savais depuis le début que le nombrilisme littéraire de la "Blanche" n'était pas pour moi.
L'envers des choses, la face cachée... c'est ce qui m'intéresse vraiment.

H
Et tant mieux pour le polar Noir!
Merci Pascale Fonteneau.


Voir également notre revue et commentaires de
La Vanité des Pions

Interview réalisée par E.BORGERS chez Polar & Co- librairie à Bruxelles.     Mai 2000.


 
 
 
 
 

P. Fonteneau et son dernier roman

                           (photo: E.Borgers)
           Pascale Fonteneau
 
 
 
 
 

Bibliographie

  • Confidences sur l'Escalier
  • Etats de Lame
  • Les Fils perdus de Sylvie Derijke
  • Otto
  • La Vanite des Pions
  • Les Damnés de l'Artère
  • La Puissance du Désordre
  • Curieux Sentiment (nouvelles)
Traductions
En japonais et suédois
Confidences sur l'Escalier
En allemand
Les Damnés de l'Artère (Cheryl)
 
 






















































LES DAMNÉS DE L'ARTÈRE- Cheryl
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

LA VANITÉ DES PIONS


Liens sur le Web:

Gallimard - Collections - Catalogues
Pascale Fonteneau: sa maison, son bureau
Le Poulpe:tout sur la série populaire
Hard-Boiled Mysteries: le roman "dur" américain

Contactez-nous:  freeweb@rocketmail.com
 


 
 
 

Retour vers chap/page
<--- Début de chapitre 

Mise à jour de cette page: 21 juillet 2000
Création: 4 juillet 2000


©Copyright 2000 E.Borgers .Les illustrations restent la propriété des ayants droit.
L'information et les textes sont présentés de bonne foi et l'auteur ne peut être tenu pour responsable d'éventuelles erreurs et imprécisions.
Polar Noir n'est pas une entreprise commerciale et n'est soutenu par aucun commanditaire.

  1