POLAR  NOIR




 
 
       la vanité des pions

       Pascale Fonteneau 
       SN 2579  Gallimard -  mars 2000
 
 

Les sans-papiers. On en parle beaucoup, mais dit-on tout à leur sujet?
Il y a ceux qui en vivent, et même très bien.
Comme ces affairistes  agissant impunément dans l'ombre d'un système judiciaire qui jette un voile  pudique sur leurs opérations clandestines de rapatriement des irréguliers. Et  cela leur donne des ailes, jusqu'à se croire au dessus des lois! 
Mais les affairistes en question  ne sont rien que des aventuriers combinards,  des semi-truands tolérés et manipulés par le système. Car manipulation il y a ...

Mais n'y-a-t-il qu'eux?
Que veut ce singulier  Ota Benga, pygmée surgit de nulle part, que vient faire Gustave Copi ce politicien à la réputation pas très claire dans ce jeu de basses magouilles. 
Tout va basculer lorsque deux irréguliers, qui auraient dû faire partie de la prochaine charrette de déportés malgré eux, s'échappent du circuit si bien organisé et jusqu'alors si discret.
Sans oublier ces deux groupes de jeunes qui s'en mêlent pour des raisons personnelles, ou encore Philppe Sterckx ce journaliste indécis: ils se mettront eux aussi sans  le savoir en travers de la machine en marche. Tant pis pour eux, tant pis pour tous. 
Et, les cadavres vont s'accumuler dans tous les coins de Bruxelles, ce qui curieusement ne fait pas vagues. Enfin, pas trop.

L'absence de personnage central, ou de héros, dans le récit de Pascale Fontenau renforce l' impression de malaise ressentie devant les évènements qui s'y enchaînent et s'entremêlent. Tout semble être dirigé par un destin cynique qui grimace un sourire pervers. Mais il est loin d'être aveugle...

Ironie noire et cynisme sont les régistres dans lesquels excelle Pascale Fonteneau et ils font merveille une fois de plus  dans ce récit à la construction très élaborée.
Dans son excellent roman tissé comme une toile dans l'ombre de cette Belgique officielle qui a appris à trop facilement oublier, à trop facilement regarder ailleurs, tous les personnages de Pascale Fonteneau se croisent, se détruisent malgré eux, mais ne sont en fin de compte que des mouches collées sur le piège gluant.

La conclusion du roman n'allège certes pas la vision  très sombre des agissemnents de la société organisée telle que decrite par l'auteur, société  dans laquelle l'individu ne compte pas que ce soit pour les motifs d'État ou pour les intérêts privés devenus incontôlables, sans parler du corps politique  censé parler en son nom et qui se tait. 
Placer le récit dans le cadre belge en renforce fortement l'impact et alimente le malaise sous-jacent communiqué au lecteur. L'instantané en devient presque surréaliste...
Mais est-ce vraiment de la paranoïa que de croire à une manipulation?

Pascale Fontenau vit en Belgique.
 

Voir également notre interview
de Pascale Fonteneau
 



(c)copyright E. Borgers - juillet 2000


 
 
 
 
 
 
 

LA VANITÉ DES PIONS































































 


Liens sur le Web:

Gallimard - Collections - Catalogues
Pascale Fonteneau: sa maison, son bureau
Le Poulpe:tout sur la série populaire
Hard-Boiled Mysteries: le roman "dur" américain

Contactez-nous:  freeweb@rocketmail.com
 


 
 
 

                       <--- Début de chapitre
Mise à jour de cette page: 14 juillet 2000


©Copyright 2000 E.Borgers .Les illustrations restent la propriété des ayants droit.
L'information et les textes sont présentés de bonne foi et l'auteur ne peut être tenu pour responsable d'éventuelles erreurs et imprécisions.
Polar Noir n'est pas une entreprise commerciale et n'est soutenu par aucun commanditaire.
  1