CANAL NOIR



 
 
 
 
 
 
 
 
ROBERT JANSSENS
ou  LA RAGE D'ÉCRIRE



 
 

Son 5ème roman est en passe d'être publié, mais le parcours de Robert Janssens est loin d'être typique pour un auteur de polars du troisième millénaire.
Possédé par la rage d'écrire il édite ses polars, les vend  (les trois premiers titres qui furent ainsi autodistribués sont épuisés)... et écrit encore et toujours.
De l'autoédition au porte-à-porte pour vendre ses bouquins, en passant par le "service de presse" qu'il organise seul, et avec succès, Janssens a tout fait lui-même.

Il est sans doute, par son style et ses récits, un des derniers représentants de ce qu'on pourrait appeler les "auteurs instinctifs" du courant populaire de la littérature policière.
Mais au-delà du clin d'oeil et de l'humour agressif, les derniers romans de Robert Janssens font souvent penser à un Léo Malet qui écrirait ses bouquins en n'étant déjà plus Frank Harding  ni tout a fait Léo Latimer.
 

Rien dans la vie de Robert Janssens ne  prédestinait ce belge obstiné au statut de romancier. Son itinéraire très particulier est éclairé par les détails qu'il a bien voulu me confier en répondant à mes questions lors de notre entretien, en mai 2002.
 


 
 

EB
Comment avez-vous décidé d'écrire des romans policiers?

Robert Janssens
En 1991, j'étais sans boulot, et me connaissant cela aurait pu se terminer par des picolages sans fin dans les bistros des environs. 
J'ai toujours aimé écrire des lettres, des petits récits... j'aimais bien ça. Voilà, je me suis lancé...
Vu mon passé, rien ne m'avait préparé à ce genre d'expérience. Mais c'était ça : écrire ou picoler! 
J'ai toujours lu tout ce qui me tombait sous la main et ça m'a servi lorsque j'ai décidé d'écrire un roman. D'ailleurs, quand j'étais jeune, à la maison, y avait pas de télé... donc je lisais...

EB
D'après ce que je sais, vous avez édité vous-même, et vendu vous-même, le tirage de votre premier roman Opération Négro?

RJ
Oui, c'est bien exact! Et aussi les deux suivants!
Quand j'ai eu fini décrire le premier, j'ai fait moi-même un tirage de deux-cents exemplaires à la photocopieuse... et j'ai commencé à les vendre. Ca m'occupait. Chance, un éditeur de Charleroi tombe sur un exemplaire en 1992, trouve ça bien et en fait un tirage, un vrai livre, pour le distribuer à ses clients... genre de cadeau promotionnel. Il n'a pas voulu corriger les fautes d'orthographe (et il y en avait!! **) ni rien.. Mais après ça j'ai vendu moi-même ce qui restait, directement aux gens, dans les bistros, puis à quelques librairies qui ont bien voulu en prendre.
Au bout d'un an  on en a vendu 3000...

 Les deux suivants ont été produits avec l'aide d'un imprimeur de Nivelles, Hinaux, décidé à m'aider. Pour le deuxième roman: Le cadavre de Nivelles valait 100 briques, j'en vends une première caisse de 60, ce qui me permet de donner une avance à l'imprimeur et ainsi de suite.  J'ai carrément fait le tour des libraires de Belgique pour écouler le tirage complet. Ca se vendait même sur la côte belge... Même la FNAC m'en prenait... c'était bien.
Le troisième : Menapian Connection (1995), a suivi le même traitement et genre de distribution. Ce qui ne m'a pas valu que des amis dans le monde du livre "en gros"... (rire)

EB
Et la presse? Je suis impressionné de voir le nombre d'articles (et non pas d'entrefilets) qui furent publiés dans la presse quotidienne belge à propos de la sortie de vos divers romans... Sans parler d'hebdomadaires tels "Vif-L'Express" etc...

RJ
J'ai dû évidemment faire les démarches moi-même... J'allais voir les rédactions... on se demandait d'où je sortais... Mais finalement beaucoup ont accepté de parler de mes livres. 
Et puis il y a eu des passages à la TV...
 

EB
En effet, j'ai vu l'enregistrement de l'excellente émission de la RTBF (ndlr: chaîne TV publique belge francophone) consacrée aux écrivains belges de polars, avec de multiples interviews et à laquelle participait d'ailleurs Patrick Raynal... en 1996.

RJ
Oui, c'était bien... Il y avait aussi Pascale Fonteneau que je connais ... et Mayence. Pas facile pour Bruce Mayence. Il était ouvrier boulanger à Ostende quand il a débuté... Il a vraiment eu une vie difficile...

EB
Vous n'aviez jamais publié quoi que ce soit avant ces trois romans?

RJ
Tu rigoles! Moi je n'ai pas été à l'école longtemps... ça me plaisait pas beaucoup d'ailleurs. Mais j'aimais bien les rédactions... mais maintenant les sujets imposés ça me va pas, j'ai essayé pour quelques nouvelles, c'est pas une réussite.
Bon, après l'école (j'en sors à 14 ans, en 1962) il faut bien turbiner, mais qu'est-ce que je peux faire: encoller des godasses, aide dans la construction de bâtiments... rien qui ne m'attire vraiment. Après ces expériences, à 15 ans, je m'engage dans la marine marchande... mousse, puis marin et puis d' autres fonctions à bord. Ca, ça me plaisait. A part quelques arrêts, c'est ce que j'ai fait jusqu'en 1982. J'ai toujours été reconnaissant à mon père, qui était d'Ostende,  de m'avoir autorisé à faire ce métier... mais j'ai arrêté quand ma femme allait mettre au monde notre troisième enfant. Pour une fois je voulais être là lorsque l'enfant naîtrait.
Bon, pendant que je naviguais j'ai aussi dû arrêter pour faire mon service militaire.. 15 mois... Au centre de sélection, l'officier me conseille de m'adresser à son collègue me disant que je convenais mieux pour ce que l'autre cherchait... c'étaient les paras! Mais j'étais jeune, on se laisse facilement influencer... donc les paras pendant 15 mois.
Après 1982, ce sont des petits boulots. Gardien de sécurié aussi... finalement le chômage, mais moi je considère que mon métier c'est marin...

En fait, j'ai habité Nivelles depuis 1960, d'abord avec mes parents, et depuis quelques années je me suis établi à Ostende (ndlr: ville côtière du nord de la Belgique)
 

EB
Lorsque vous écrivez vos premiers romans, ils sont policiers, racontent des histoires qui bougent beaucoup, le tout dans un langage très familier vraiment tiré du journalier. Comment et sur quoi basez-vous vos récits?

RJ
J'ai toujours eu beaucoup d'imagination... depuis que j'étais jeune, mais encore maintenant. Je suis donc un excellent menteur! (rires)
Mais parfois je m'inspire de ce que je vois, ce qu'on me raconte, des petits faits divers, mes expériences passées avec les flics... des trucs dan ce genre.

J'aurais pu évidemment commencer par des récits tirés de mes voyages de marin... Bahia et Rio (au Brésil) dans les années 60/70... Shangai en 1980... L'Afrique... j'ai même été flanqué en prison à Matadi (ndlr: Congo- ex Zaire), c'était pas comme les prisons belges, croyez-moi!... Le Brésil de ces années c'était quelque chose: vivant, accueillant! Shangai, un autre monde... des vélos, pas de bistros, tout était contrôlé...
Mais je crois que sous l'influence de ce que je lisais, je préférais le policier...

EB
Et quels sont les auteurs que vous aimiez?

RJ
Il y en a pas mal...  des gens comme  Frédéric Dard, évidemment. Les San-Antonio, mais aussi les romans qu'il écrivait sous son nom, tous très différents, parfois plus pessimistes... 
Peter Cheney... Hemingway... 

EB
Léo Malet?

RJ
Non, jamais lu.

EB
Vous connaissez quand même les feuilletons TV basés sur la série de Nestor Burma? Même si la plupart ne sont pas vraiment à la hauteur des romans...

RJ
Non, même pas... Mais moi la TV c'est pas vraiment mon truc...

EB
En ce qui vous concerne, il y a donc eu un quatrième roman: "Patula, dans les tentacules de la pieuvre". C'est donc avec le même personnage, Rob Patula, détective privé, qui apparut dans "Menapian Connection"... (pourvoir nos commentaires sur ce roman- cliquez)

RJ
C'est ça. Je continue d'ailleurs avec ce même détective dans mes livres suivants... C'est un personnage que j'aime bien... Ses aventures m'intéressent et je les vis en les écrivant.
Mais "...la pieuvre" a été publié par un éditeur: EDIFIE L.L.N. Donc je m'en suis moins occupé dès que le livre a été imprimé...
J'apparais aussi dans un bouquin où je me demande ce que je fiche à côté de gens comme Marcel Moreau, Werner Lambersy.. et tous les autres

EB
Il s'agit de votre nouvelle "Cauchemar" publiée dans le recueil "Succès Damnés" publié aux Éditons Luce Wilquin, et pour lequel Bruce Mayence avait demandé à des auteurs de littérature conventionnelle  de lui fournir des textes policiers...?

RJ
Oui c'est bien ça... que des grosses pointures... Et moi...! ça m'a vraiment scié: ... moi, au milieu de ces types connus. 

EB
Oui, mais assez perdus... On sent que bon nombre d'entre eux ne savent pas bien que faire pour ce genre de nouvelles... Pas tous évidemment, mais c'est parfois décevant..
Par contre, votre nouvelle tient très bien la route.

RJ
Merci!

EB
Et, à l'heure actuelle, vous préparez un autre roman?

RJ
Je viens de terminer Rififi au pays des olives, mais il n'est pas encore édité. Celui-là se passe en Tunisie, pays que je connais un peu...
Pour le moment j'écris le suivant. Il n'est pas fini et je n'ai pas encore de titre.
J'ai aussi écrit quelques nouvelles. Celles-là je les distribue moi-même, en petite nombre.

EB
Et par la suite? 

RJ
Depuis 1992 j'écris... c'est devenu ma principale occupation. Et je continue, je n'ai pas envie d'arrêter. Tant que ce sera possible, j'écrirai...

EB
Nous vous souhaitons une très bonne continuation!
Merci Robert Janssens.



Interview réalisée par E.BORGERS . 
mai 2002.


 
 
 
 
 

ROBERT JANSSENS

              Robert Janssens 
               (photo:E.Borgers)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Bibliographie
 

  • Opération Négro, Nivelles, autoédition,  1991
  • Le  cadavre de Nivelles valait 100 briques, Nivelles,autoédition, 1993
  • Menapian Connection,                  Nivelles,autoédition,  1995
  • Patula, dans les tentacules de la pieuvre- Bruxelles, EDIFIE L.L.N., 1998
  • Rififi au pays des olives,              à paraître (2002)
 nouvelle
-Cauchemar,  in Succès Damnés, Coll: Noir pastel, Belgique, Luce Wilquin, 1997
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Opération Négro - Robert Janssens

(**)Les personnages, situations, syntaxe, grammaire et orthographe sont purement fictifs et engagent uniquement l'auteur qui en revendique la paternité - 
avertissement imprimé dans "Opération Négro"
                           retour texte retour texte
 
 
 

Le cadavre de Nivelles valait 100 briques  -  Robert Janssens
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Menapian Connection  -  Robert Janssens
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Robert Janssens (photo: E.Borgers)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Liens sur le Web:

Nivelles (ville du Brabant Wallon - Belgique)
Editions Luce Wilquin 
Hard-Boiled Mysteries: le roman "dur" américain

Contactez-nous:  freeweb@rocketmail.com
 


 

Retour vers chap/page
<--- Début de chapitre 

Mise à jour de cette page: nil
Création: 8 mai 2002


©Copyright 2002 E.Borgers. Les illustrations restent la propriété des ayants droit.
L'information et les textes sont présentés de bonne foi et l'auteur ne peut être tenu pour responsable d'éventuelles erreurs et imprécisions.
Polar Noir n'est pas une entreprise commerciale et n'est soutenu par aucun commanditaire.

  1